Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

En pleine guerre commerciale, Washington temporise ses restrictions contre Huawei

, , , ,

Publié le

Le département américain du Commerce a accordé un délai de 90 jours au géant chinois des télécoms avant d’imposer ses sanctions, mardi 21 mai.  

En pleine guerre commerciale, Washington temporise ses restrictions contre Huawei
Le département américain du Commerce est revenu lundi sur une partie des restrictions qu'il a imposées à Huawei en autorisant temporairement, jusqu'au 19 août, le géant chinois des télécoms à conserver ses réseaux existants et à fournir des mises à jour logicielles pour les possesseurs de ses téléphones. /Photo prise le 25 mars 2019/REUTERS/Tyrone Siu
© Tyrone Siu

Alors que la guerre commerciale américano-chinoise s’intensifie, Washington est en partie revenu sur sa décision de bannir les interactions de Huawei et des entreprises américaines. Le département américain du Commerce a accordé au géant chinois des télécoms, lundi 20 mai, un délai de 91 jours, soit près de 3 mois, avant d’imposer ses sanctions.

De quoi laisser au secteur américain des technlogies et des communications de s'organiser. Les spécialistes su secteur évaluent à 11 milliards de dollars la vente de composants américains à Huawei.

De son côté, le géant chinois pourra, pendant ce délai, conserver ses réseaux existants et fournir des mises à jour logicielles pour les possesseurs de ses téléphones. Les mises à jour des applications Google – le géant informatique américain dont le système Android équipe une grande majorité de smartphones dans le monde – seront encore possibles. Google avait en effet annoncé, dimanche 19 mai, ne plus être en mesure de commercer avec la Chine en application du décret signé par le président Donald Trump.

Cela permet aussi à Huawei de poursuivre ses importations de semi-conducteurs et puces électroniques américaines, composants essentiels de smartphones, auprès d’entreprises comme Qualcomm ou Intel qui avaient, elles aussi, pris la décision de cesser de fournir Huawei.

"Une décision sans grande signification"

Ren Zhengfei, patron de Huawei, a jugé cette décision "sans grande signification", mardi 21 mai. Huawei se dit déjà en discussion avec Google pour trouver des moyens de commercer.

En réponse au ban américain, Ren Zhengfei avait indiqué avoir "des solutions de rechange" pour pallier l’achat de puces électroniques  et de semi-conducteurs. "Le personnel politique américain, par ses façons de faire à l'heure actuelle, montre qu'il sous-estime notre force", a-t-il laojuté dans un entretien avec la presse retranscrit en direct via l'application mobile de la télévision d'Etat CCTV.

Que Huawei n’ait plus accès au système Android et aux applications de Google pose toutefois problème aux utilisateurs de Huawei, qui se disent inquiets.

L'administration Trump a placé jeudi Huawei sur une liste noire, rendant presque impossible pour l'entreprise l'achat de produits fabriqués aux Etats-Unis. Mais Huawei est dans son  collimateur depuis 2018. Washington soupçonne le groupe chinois d’utiliser son matériel pour espionner les communications sur les réseaux mobiles. Mais pour le président américain, il s’agit surtout de freiner la croissance d’une entreprise estimée trop avancée technologiquement.


Avec Reuters (Karen Freifeld, Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle