Wall Street va avoir du mal à se départir de sa morosité

par Ryan Vlastelica et Angela Moon

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Wall Street va avoir du mal à se départir de sa morosité

NEW YORK (Reuters) - Les marchés d'actions américains auront du mal à combattre leur tendance baissière cette semaine, en l'absence d'indicateurs macroéconomiques importants et à une semaine du coup d'envoi de la période de publication des résultats.

Les marchés américains, clos lundi au lendemain de la fête de l'Indépendance, rouvriront mardi.

"Seulement 30% des valeurs sont au-dessus de leur moyenne mobile à 200 jours, aussi la grande majorité est-elle sur une tendance baissière", commente Frank Gretz, analyste de marché chez Shields & Co à New York.

"Le marché doit se mettre à l'épreuve avec un rebond dans de forts volumes; cela va être difficile à obtenir avec le week-end (de trois jours) et les mauvaises nouvelles dont on a vu qu'elles engendraient le pessimisme."

Sur la semaine écoulée, le Dow a perdu 4,5%, le S&P 5% et le Nasdaq 5,9%.

Sur les deux derniers mois, les marchés ont été assaillis de mauvaises nouvelles : ventes au détail plus faibles que prévu, moral des ménages et ventes de logements en baisse, doutes sur la croissance aux Etats-Unis et dans le monde.

Sans oublier les destructions de postes annoncées au mois de juin, après cinq mois de créations d'emplois sur le marché américain.

L'activité dans le domaine des options suggère que les investisseurs parient sur une poursuite de la baisse.

"Nous sommes dans une situation fortement survendue, mais cela ne signifie pas que nous ne pouvons plus baisser. L'activité sur les options montre que les pessimistes sont aux manettes et que cette tendance va continuer", commente Ryan Detrick, chez Schaeffer's Investment.

À L'AFFÛT D'INDICATIONS DE RÉSULTATS

Au contraire, Charles Lieberman, responsable de l'investissement chez Advisors Capital Management, dans le New Jersey, estime qu'un rebond pourrait se produire, les chiffres de l'emploi publiés vendredi n'ayant pas été aussi catastrophiques qu'on aurait pu le croire.

Sur le plan des indicateurs, la semaine sera peu chargée. On retiendra les ventes à magasins comparables des distributeurs pour le mois de juin, que nombre d'entre eux doivent annoncer jeudi.

"Les consommateurs sont très prudents actuellement. Nous n'anticipons pas beaucoup de croissance", commente Thomas Nyheim, gérant chez Christiana Bank & Trust à Greenville, Delaware.

Dans le même domaine, le distributeur discount Family Dollar Stores doit publier ses résultats mercredi. Ce sera la seule société de l'indice S&P 500 à publier ses résultats cette semaine.

Le véritable début de la période de publication des résultats commencera comme toujours avec ceux d'Alcoa le 12 juillet.

"Family Dollar a constaté certaines tendances positives récemment. Ils prennent des parts de marché à d'autres distributeurs", explique John Massey, gérant chez SunAmerica Asset Management dans le New Jersey.

En attendant les résultats, plusieurs sociétés pourraient donner des indications permettant aux analystes et autres opérateurs de marché d'affiner leurs prévisions.

Selon John Butters, directeur des résultats des sociétés américaines chez Thomson Reuters, au fur et à mesure que la saison s'approche, il y a 1,2 "profit warning" pour une révision à la hausse des prévisions.

Autre indicateur à suivre cette semaine, l'indice des directeurs d'achats de l'Institute of Supply Management (ISM) dans le secteur des services pour le mois de juin. Il devrait être en légère baisse par rapport au mois dernier, mais être toujours en zone de croissance.

Danielle Rouquié pour le service français

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS