Wall Street se stabilise après deux séances de pertes

par Kimberly Chin
Wall Street se stabilise après deux séances de pertes
La Bourse de New York a fini essentiellement inchangée, les investisseurs n'ayant aucun catalyseur à se mettre sous la dent tout en continuant à digérer les remous politiques qui ont secoué la Maison blanche la semaine dernière et à observer les tensions latentes entre les Etats-Unis et la Corée du Nord. L'indice Dow Jones a gagné 0,13%. /Photo d'archives/REUTERS/Carlo Allegri

PARIS (Reuters) - La Bourse de New York s'est stabilisée lundi après deux séances de pertes, mais les investisseurs attendent le prochain catalyseur tout en continuant à digérer les remous politiques qui ont secoué la Maison blanche la semaine dernière et à observer les tensions latentes entre les Etats-Unis et la Corée du Nord.

L'indice Dow Jones a gagné 0,13%, soit 29,24 points, à 21.703,75. Le S&P-500, plus large, a pris 2,82 points, soit 0,12%, à 2.428,37. Le Nasdaq Composite a reculé de son côté de 3,40 points (-0,05%) à 6.213,13.

La semaine dernière, le président américain a à la fois dissous deux comités consultatifs réunissant des grands patrons américains et limogé son conseiller stratégique Steve Bannon, des décisions qui incitent les acteurs de marché à se demander si l'administration est encore en mesure de mettre en oeuvre son programme économique.

Fondé sur plusieurs promesses de campagne de Donald Trump - dont une vaste déréglementation, des baisses d'impôts ou encore des dépenses d'infrastructures - la perspective de la mise en place de ce programme a propulsé Wall Street vers de nouveaux sommets.

Mais, si le S&P 500 affiche encore un gain de quelque 13,5% depuis la victoire de Donald Trump à l'élection présidentielle du 8 novembre, il a reculé de plus 2% au cours des deux dernières semaines, soit son repli le plus marqué sur une telle période depuis la quinzaine qui a précédé le scrutin présidentiel.

Il y a eu une légère décrispation des liens entre Washington et Pyongyang la semaine dernière, avec la déclaration du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un disant qu'il allait observer l'attitude des Etats-Unis avant de prendre une décision sur d'éventuels tirs de missiles visant les environs de l'île de Guam, territoire américain dans le Pacifique.

Mais les intervenants redoutent de voir les exercices militaires annuels de la Corée du Sud et des Etats-Unis aviver les tensions dans la péninsule coréenne.

DANS L'ATTENTE DE JACKSON HOLE

L'attentisme des investisseurs peut également s'expliquer par l'imminence de la réunion de Jackson Hole, rendez-vous habituel de la fin de l'été pour les grands banquiers centraux de la planète.

En raison de la faiblesse persistante de l'inflation malgré une relative bonne santé économique aussi bien aux Etats-Unis qu'en Europe, les incertitudes persistent sur le moment où la Réserve fédérale américaine et la Banque centrale européenne (BCE) vont franchir une nouvelle étape vers le resserrement de leur politique monétaire.

"Cette confluence de croissance soutenue et de faible inflation, qui est une sorte de nirvana pour des investisseurs sur le marché actions, ne peut durer, à nos yeux, éternellement", a dit Wayne Wicker, chargé des investissements chez ICMA-RC.

Le compartiment pétrolier, plombé par une rechute des cours du pétrole après leur nets gains de vendredi, a accusé la plus forte baisse du jour avec un repli de 0,55%.

Du côté des valeurs individuelles, le titre Nike a abandonné 2,44% à 53,61 dollars, soit le recul le plus prononcé du Dow Jones, après que Jefferies a abaissé sa recommandation et son objectif de cours sur la valeur.

L'action Fiat Chrysler Automobiles coté à Wall Street a bondi de 6,92% à 13,44 dollars à la suite de l'annonce par le constructeur automobile chinois Great Wall Motor qu'il était intéressé par un rachat du constructeur automobile.

Toujours dans le secteur automobile, le titre Johnson Controls International a bondi de 3,29% à 38,27 dollars après que l'équipementier a dit que le changement de directeur général interviendrait dès le 1er septembre, soit six mois plus tôt que prévu.

L'action Herbalife a avancé de 9,83% à 68,04 dollars après que le spécialiste des compléments alimentaires a dit qu'il allait racheter pour jusqu'à 600 millions de dollars de ses propres actions.

(Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par)

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS

LES PODCASTS

Le Mans, capitale du son

Le Mans, capitale du son

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Olivier James nous emmène au Mans pour nous faire découvrir un écosystème surprenant : celui de l'acoustique. En quelques années, la...

Écouter cet épisode

Le design dans le monde d'après

Le design dans le monde d'après

L'ancien secrétaire d'Etat socialiste, Thierry Mandon, est président de la Cité du Design de Saint-Etienne. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il présente la Biennale...

Écouter cet épisode

Viande in vitro, végétal... Frédéric Wallet dresse le menu de demain

Viande in vitro, végétal... Frédéric Wallet dresse le menu de demain

Dans ce nouvel épisode de « Demain dans nos assiettes », notre journaliste reçoit Frédéric Wallet. Chercheur à l'Inrae, il est l'auteur de Manger Demain, paru aux...

Écouter cet épisode

La fin du charbon en Moselle

La fin du charbon en Moselle

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Cécile Maillard nous emmène à Saint Avold, en Moselle, dans l'enceinte de l'une des trois dernières centrales à charbon de...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

VILLE DE CALLAC

Technicien des Services Techniques H/F

VILLE DE CALLAC - 31/03/2022 - CDD - CALLAC DE BRETAGNE

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

78 - Versailles

Gestion/exploitation du service « distribution multimédia à l'attention des visiteurs ». Lot 2

DATE DE REPONSE 17/06/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS