Wall Street repasse 11.000 points en misant sur la Fed

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a terminé en nette hausse vendredi, clôturant au-dessus de 11.000 points pour la première fois en cinq mois, les chiffres inférieurs aux attentes de l'emploi aux Etats-Unis en septembre ayant conforté les anticipations d'un nouvel assouplissement de la politique monétaire de la Réserve fédérale.

Partager

Le scénario d'un recours accru de la Fed à "l'assouplissement quantitatif", principalement des rachats d'actifs financiers sur les marchés, soutient les marchés actions depuis plusieurs semaines déjà, sur fond d'indicateurs accréditant la thèse d'un ralentissement de la reprise.

L'économie américaine a détruit 95.000 emplois non agricoles le mois dernier, le quatrième mois consécutif de baisse de l'emploi, et le taux de chômage est resté inchangé à 9,6%.

"C'est presque comme si le marché espérait de mauvais chiffres pour tenter de renforcer la thèse de l'engagement de la Fed dans l'assouplissement quantitatif", a commenté Scott Marcouiller, responsable de la stratégie technique de Wells Fargo Advisors.

Tempérant un peu les espoirs, le président de la Fed de St Louis, James Bullard, a déclaré que la banque centrale aurait des décisions difficiles à prendre lors de sa prochaine réunion début novembre.

Alcoa a contribué à la hausse de l'ensemble du marché, gagnant 5,66%, la plus forte hausse du Dow, au lendemain de la publication de ses résultats trimestriels supérieurs au consensus et des commentaires globalement optimistes sur l'amélioration de la conjoncture.

Le numéro un de l'aluminium aux Etats-Unis a ainsi ouvert sur une note positive la saison des résultats trimestriels à Wall Street.

L'INDICE DE LA PEUR RECULE DE 4%

La plupart des valeurs liées au secteur agricole ont par ailleurs bénéficié de l'envolée des cours à terme du maïs et du soja après les prévisions du ministère de l'Agriculture (USDA) montrant que les récoltes de maïs pourraient être bien inférieures aux anticipations actuelles.

L'indice Dow Jones a terminé la séance sur un gain de 57,90 points, soit 0,53%, à 11.006,48 points, sa première clôture au-dessus du seuil symbolique de 11.000 points depuis le 3 mai.

Le Standard & Poor's 500 a pris 7,09 points (+0,61%) à 1.165,15 points et le Nasdaq Composite a progressé de 18,24 points (+0,77%) à 2.401,91 points. L'indice phare du Nasdaq n'avait pas fini à plus de 2.400 points depuis le 13 mai.

L'indice de volatilité du CBOE, souvent surnommé "indice de la peur" a reculé de 4% sur la journée.

Sur l'ensemble de la semaine, le Dow a avancé de 1,63%, le S&P 500 de 1,65% et le Nasdaq de 1,31%.

L'indice S&P des équipements de construction et des machines agricoles a gagné 2,6% sur la journée. Dans le secteur, Deere & Co s'est adjugé 4,8% et Agco 3,6%.

L'indice Reuters Jefferies CRB des matières premières, lui, affiche une hausse de 2,7%, favorisée par la baisse du dollar.

Genzyme a gagné 0,54% après le démenti apporté par Sanofi-Aventis aux informations selon lesquelles le groupe français a laissé entendre qu'il pourrait relever son offre d'achat hostile.

Autre valeur en vue, JC Penney a pris 2,69% après l'annonce de la montée au capital, à hauteur de 16,5% de Pershing Capital, le fonds de l'investisseur activiste William Hackmann.

Leah Schnurr, Marc Angrand pour le service français

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS