Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Wall Street repart de l'avant avec les techs

Publié le

(Reuters) - La Bourse de New York a fini en hausse jeudi, à la faveur d'un rally des valeurs technologiques qui a contrebalancé la baisse du secteur bancaire après les annonces plus accommodantes qu'attendu de la Réserve fédérale la veille.

Wall Street repart de l'avant avec les techs
La Bourse de New York a fini en hausse jeudi. L'indice Dow Jones a gagné 216,84 points, soit 0,84%. /Photo prise le 20 mars 2019/REUTERS/Brendan McDermid
© BRENDAN MCDERMID

L'indice Dow Jones a gagné 216,84 points, soit 0,84%, à 25.962,51 et le S&P-500, plus large, a pris 30,65 points ou 1,09% à 2.854,88.

Le Nasdaq Composite s'est adjugé 109,99 points (1,42%) à 7.838,96, signant une cinquième séance consécutive de hausse.

Prenant acte du ralentissement de la croissance mondiale et de la dégradation de certains indicateurs aux Etats-Unis, la Fed a laissé entendre mercredi qu'elle ne relèverait pas les taux cette année et elle a décidé d'arrêter en septembre de la réduction de son bilan.

Ces annonces plus fortes qu'attendu, qui laissent entrevoir la fin du cycle de resserrement de la politique monétaire engagé fin 2015, ont fait reculer la Bourse en début de séance mais les indices se sont vite repris sous la conduite des techs.

"Il y a d'abord eu une réaction initiale à la baisse des prévisions de croissance de la Fed mais le marché en a déduit que la pause sur les taux permettra à l'économie de repartir", explique Carin Pai, vice-présidente chez Fiduciary Trust Company International à New York.

"Il y a des inquiétudes sur l'état de l'économie mais le fait que la Fed se mette sur la touche est très favorable à la prise de risque", ajoute Doug Cote, stratège chez Voya Investment Management à New York également.

La "patience" promise par la banque centrale sur ses taux et les espoirs d'un accord commercial sino-américain ont dopé Wall Street depuis le début de l'année, ramenant l'indice S&P 500 à 3% de sa clôture record du mois de septembre.

Le dossier commercial reviendra au premier plan la semaine prochaine avec l'arrivée d'une délégation américaine de haut rang à Pékin pour la reprise des négociations.

VALEURS

Le secteur bancaire a pâti de la perspective d'un maintien plus long que prévu de taux bas, synonymes de pressions sur les marges de crédit. L'indice des banques a lâché 1,54% et celui plus large du secteur financier a abandonné 0,30%, le seul repli des 11 grands indices sectoriels S&P.

La plus forte hausse a été pour l'indice des technologiques (+2,47%), sous l'impulsion d'Apple et du compartiment des semi-conducteurs.

Le fabricant de l'iPhone a grimpé de 3,68%, la meilleure performance du Dow Jones, en profitant de commentaires positifs d'analystes avant l'annonce attendue lundi du lancement de son service de vidéo en ligne.

Sa hausse du jour lui permet au passage de reprendre la place de première capitalisation boursière américaine, devant Microsoft et Amazon.

Micron Technology a bondi de 9,62% après ses résultats et sa prévision d'un redressement du marché des puces mémoires, contribuant à une hausse de 3,5% de l'indice des semi-conducteurs de la Bourse de Philadelphie.

La meilleure performance du S&P 500 (+12,75%) a été pour le groupe agroalimentaire Conagra Brands, après la publication de résultats meilleurs que prévu.

Egalement en vue, Levi Strauss, de retour à Wall Street après 34 ans d'absence, s'est envolé de 31,82% à 22,41dollars pour son premier jour de cotation - un bon signe pour les introductions boursières très attendues de Lyft et Uber Technologies.

Nike a gagné 1,52% à 88,01 dollars, nouvelle clôture record, avant ses résultats publiés en fin de journée.

A la baisse, le groupe de biotechnologies Biogen a plongé de 29% après l'arrêt de deux essais cliniques d'un traitement de la maladie d'Alzheimer qu'il développait avec le japonais Eisai.

LES INDICATEURS DU JOUR

Les indicateurs du jour, meilleurs que prévu, ont contribué à rassurer les investisseurs après les risques mis en avant par la Fed mercredi.

L'indice "Philly Fed", mesure de l'activité économique dans le nord-est des Etats-Unis, a rebondi nettement plus qu'attendu à 13,7 en mars alors que le consensus Reuters le donnait à 4,5 après -4,1 en février.

Les inscriptions au chômage ont par ailleurs diminué plus que prévu la semaine dernière dans l'ensemble du pays, de 9.000 à 221.000.

LA SÉANCE EN EUROPE

Les Bourses européennes avaient auparavant terminé en ordre dispersé mais au-dessus de leurs plus bas du jour, en profitant du rebond de Wall Street.

À Paris, le CAC 40 a terminé en repli de 0,07% (à 5.378,85 points après un plus bas de 5.349 points en début d'après-midi avant l'ouverture des marchés américains.

A Francfort, le Dax a cédé 0,46% mais à Londres le FTSE 100, une nouvelle fois dopé par la baisse de la livre sterling, a gagné 0,88%, à un plus haut de cinq mois et demi. L'indice EuroStoxx 50 a cédé 0,15%, le FTSEurofirst 300 0,01% et le Stoxx 600 0,04% après avoir perdu jusqu'à 0,62% en séance.

Comme à New York, la tendance a été soutenue par les techs alors que les valeurs bancaires ont cédé du terrain. [.EUFR]

A SUIVRE VENDREDI :

La séance de vendredi sera animée entre autres par les premiers résultats des enquêtes mensuelles auprès des directeurs d'achat, puis par les statistiques des reventes de logements aux Etats-Unis.

(avec Stephen Culp à New York et Amy Caren Daniel à Bangalore, Véronique Tison pour le service français)

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle