Wall Street poursuit son repli, les bancaires ont souffert

(Reuters) - La Bourse de New York a fini en baisse mercredi, la cinquième séance de repli pour l'indice phare Standard & Poor's 500, pénalisé par le recul des valeurs financières face à la volonté affichée de la nouvelle majorité démocrate de la Chambre des représentants de durcir la réglementation bancaire.

Partager

Wall Street poursuit son repli, les bancaires ont souffert
La Bourse de New York a fini en baisse mercredi. L'indice Dow Jones a perdu 0,81%. /Photo prise le 12 novembre 2018/REUTERS/Brendan McDermid

L'indice Dow Jones a perdu 205,99 points, soit 0,81%, à 25.080,50.

Le S&P-500, plus large et qui gagnait 0,9% dans les premiers échanges, a cédé 20,6 points, soit 0,76%, à 2.701,58, portant à 4% son repli sur les cinq dernières séances.

Le Nasdaq Composite a reculé de 64,48 points, soit 0,9%, à 7.136,39.

Le Nasdaq accuse lui aussi désormais cinq baisses d'affilée et le Dow Jones quatre.

La séance de ce mercredi avait débuté sur une note positive, grâce entre autres au rebond des cours du pétrole et aux derniers chiffres de l'inflation américaine, mais la tendance s'est inversée à mi-séance, la prudence reprenant le dessus.

"Un cocktail d'incertitudes concernant la croissance mondiale et les interrogations liées au commerce international ont incité les spéculateurs à appuyer sur le frein", a commenté Chad Morganlander, gérant senior de Washington Crossing Advisors.

L'indice de volatilité du CBOE, indicateur de la volatilité à court terme des actions américaines, a touché son plus haut niveau depuis deux semaines à 22,36.

VALEURS

L'indice S&P des valeurs financières a cédé 1,38% après que la représentante démocrate Maxine Waters, favorite pour la présidence de la commission bancaire de la Chambre, a exclu tout assouplissement de la régulation du secteur selon la chaîne de télévision CNBC.

Goldman Sachs a cédé 1,25%, JPMorgan Chase 2,06% et l'assureur Travelers 2,97%, la plus forte baisse du Dow.

Apple a cédé 2,82%, sa cinquième baisse consécutive, le groupe semblant incapable d'inverser le mouvement de défiance déclenché par les avertissements sur résultats de plusieurs de ses fournisseurs. Au plus bas du jour, le titre accusait un repli de plus de 20% par rapport à son record du 3 octobre.

"Apple suscite vraiment des interrogations sur les technologiques et sur les 'FAANG'. Beaucoup d'investisseurs avaient fondé leurs espoirs sur la hausse d'Apple et elle ne se produit pas", explique Kim Forrest, analyste senior de Fort Pitt Capital Group.

Dans le sillage d'Apple, l'indice Standard & Poor's des hautes technologies a abandonné 1,29%, Microsoft 1,42% et Adobe 1,47%.

La chute la plus spectaculaire du jour est toutefois pour la compagnie d'électricité PG&E, dont le cours a reculé de 21,79%. Le groupe a averti que les incendies en cours en Californie, l'un de ses plus gros marchés, pourraient se traduire par "des pertes importantes" dépassant les montants couverts par ses assureurs s'il s'avérait que certaines de ses installations étaient à l'origine du feu.

LES INDICATEURS DU JOUR

Les prix à la consommation aux Etats-Unis ont enregistré en octobre leur hausse la plus marquée depuis neuf mois, à 0,3% sur un mois et 2,5% sur un an, portée en particulier par l'essence et les loyers, mais les statistiques reflètent une poursuite de la remontée régulière de l'inflation, sur laquelle la Réserve fédérale s'appuie pour remonter progressivement les taux d'intérêt.

(Marc Angrand, avec April Joyner et Sruthi Shankar)

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS