Wall Street ouvre dans le rouge, un accord USA-Chine s'éloigne

(Reuters) - La Bourse de New York a ouvert en net repli mardi après l'évocation par Donald Trump d'une possible prolongation des négociations commerciales avec la Chine jusqu'à la fin de l'an prochain.
Partager
Wall Street ouvre dans le rouge, un accord USA-Chine s'éloigne
La Bourse de New York a ouvert en net repli mardi. Quelques minutes après le début des échanges, l'indice Dow Jones perd 1,09%, à 27.481,34 points et le Standard & Poor's 500, plus large, recule de 1,02%. /Photo prise le 21 novembre 2019/REUTERS/Lucas Jackson

Quelques minutes après le début des échanges, l'indice Dow Jones perd 301,7 points, soit 1,09%, à 27.481,34 points et le Standard & Poor's 500, plus large, recule de 1,02% à 3.082,06 points.

Le Nasdaq Composite cédait 109,84 points, soit 1,28% à 8.458,14 à l'ouverture.

Lundi, le S&P 500 a déjà perdu 0,86% et le Nasdaq 1,12% après des indicateurs économiques américains inférieurs aux attentes et l'annonce par Donald Trump de taxes sur l'acier et l'aluminium brésiliens et argentins; Wall Street s'achemine ainsi vers son pire démarrage pour un mois de décembre depuis 2008.

A Londres, où il participe au sommet de l'Otan, le président américain a déclaré mardi qu'il ne s'était fixé aucune date limite pour conclure un accord commercial avec Pékin et qu'il pourrait être préférable d'attendre que l'élection présidentielle de novembre 2020 soit passée.

Ses propos ont accru une tension déjà sensible après la menace américaine de nouveaux droits de douane sur des produits français en représailles à la création par Paris d'une taxe sur les entreprises du numérique, qui vise en premier lieu de grands groupes américains.

Parmi les valeurs sensibles aux tensions commerciales, Apple cède 2,47%, le fabricant de semi-conducteurs Nvidia 3,31% et l'industriel Caterpillar 2,25%.

Dans l'actualité des fusions-acquisitions, le laboratoire pharmaceutique Audentes Therapeutics s'envole de 105,49% après l'annonce par le japonais Astellas d'un projet de rachat de près de trois milliards de dollars (2,7 milliards d'euros).

Le sidérurgiste AK Steel, cible d'une offre de 1,1 milliard de dollars du groupe minier Cleveland-Cliffs prend 3,29% alors que son acquéreur chute de 13,85%.

(Marc Angrand, édité par Jean-Michel Bélot)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS