Wall Street modère sa hausse, record de clôture du Dow Jones

NEW YORK (Reuters) - La Bourse de New York a fini vendredi sur une note bien plus prudente que les deux jours précédent, le mouvement d'euphorie déclenché par l'élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis semblant s'essouffler aux dépens des valeurs de l'énergie, des matières premières et de la santé.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Wall Street modère sa hausse, record de clôture du Dow Jones
La Bourse de New York a fini vendredi sur une note bien plus prudente que les deux jours précédent, le mouvement d'euphorie déclenché par l'élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis semblant s'essouffler aux dépens des valeurs de l'énergie, des matières premières et de la santé. L'indice Dow Jones a progressé de 39,78 points, soit 0,21%, à 18.847,66, un nouveau record de clôture. /Photo d'archives/REUTERS/Carlo Allegri

L'indice Dow Jones a progressé de 39,78 points, soit 0,21%, à 18.847,66, un nouveau record de clôture. Le Standard & Poor's 500, pénalisé entre autres par la baisse du pétrole, a en revanche cédé 3,03 points (-0,14%) à 2.164,45 tandis que le Nasdaq Composite gagnait 28,32 points (+0,54%) à 5.237,11.

La forte hausse des secteurs de la finance et des infrastructures après les résultats des élections ont permis à l'indice phare Dow Jones d'inscrire un nouveau record historique jeudi mais les mouvements se sont atténués vendredi, d'autant que le marché obligataire était fermé pour le Veterans Day.

Les investisseurs n'en continuent pas moins de tabler sur une simplification du cadre réglementaire dans le domaine de la santé et dans le secteur financier, ainsi que sur le lancement d'un programme de grands travaux d'infrastructures.

"Wall Street étudiera de près les nominations (décidées par Trump) et ses annonces en matière politique pour voir si elles valident la tonalité plus optimiste observée sur les marchés ces derniers jours", estime Alan Gayle, responsable de la stratégie d'investissement et directeur de l'allocation d'actifs de RidgeWorth Investments.

L'indice S&P des valeurs financières a gagné plus de 8% sur les trois dernières sessions, celui des valeurs industrielles près de 4,8% et celui de la santé 3,1%.

Sur le front macroéconomique, le seul indicateur important du jour était la première estimation de l'indice de confiance du consommateur de l'université du Michigan, qui le donne à 91,6, nettement au-dessus du consensus (87,5) et au plus haut depuis juin.

Du côté de la Réserve fédérale, le vice-président de celle-ci, Stanley Fischer, a déclaré que les perspectives de croissance semblaient assez solides pour permettre une remontée progressive des taux d'intérêt, tout en soulignant que la Fed était attentive au mouvement de hausse des coûts d'emprunt à long terme du Trésor.

Jeudi, le rendement des Treasuries à dix ans a atteint son plus haut niveau depuis dix mois, à 2,15%, la perspective de voir Donald Trump mettre en oeuvre une politique conduisant à creuser les déficits ayant provoqué une remontée brusque des anticipations d'inflation.

REPLI DE L'ÉNERGIE, DE LA SANTÉ ET DES MATIÈRES PREMIÈRES

Au-delà des prises de bénéfices, logiques après les gains inhabituels de mercredi et jeudi, la séance a été marquée par la rechute des cours du pétrole, le déséquilibre entre l'offre et la demande étant revenu au premier rang des préoccupations du marché. Le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) a perdu 2,8% sur la journée à 43,41 dollars le baril.

Le compartiment de l'énergie a chuté de 1,66%, la plus forte baisse des grands indices sectoriels S&P, celui de la santé abandonnant 1,49% et celui des matières premières 1,32%.

Aux valeurs, les pétrolières Exxon Mobil et Chevron ont cédé respectivement 1,59% et 1,07% avec la chute du baril mais la plus forte baisse du Dow revient au géant de la pharmacie Pfizer, qui a abandonné 2,69% sur la journée.

Le géant chinois du commerce électronique Alibaba a quant à lui cédé 1,43%. Si la "journée des célibataires" en Chine lui a permis d'enregistrer un nouveau record de ventes quotidiennes, elle a aussi montré un ralentissement de sa croissance.

A la hausse, Walt Disney a gagné 2,86%, la meilleure performance du Dow, après la promesse d'un retour à la croissance des bénéfices sur les deux prochaines années, qui a compensé des résultats marqués par les déboires du bouquet de chaînes sportives ESPN.

La progression la plus marquante du jour revient toutefois au spécialiste des processeurs graphiques Nvidia, qui a bondi de 29,8% grâce à l'annonce de la plus forte croissance de son chiffre d'affaires trimestriel depuis plus de six ans.

Sur l'ensemble de la semaine, le Dow a gagné 5,36%, sa meilleure performance hebdomadaire depuis décembre 2011. Le S&P a pris 3,8% et le Nasdaq 3,78%. Quant à l'indice de volatilité Vix, il a chuté de 37% en cinq séances pour revenir à 14,17.

(Noel Randewich, avec Yashaswini Swamynathan; Marc Angrand pour le service français)

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS