Wall Street finit en ordre dispersé, optimisme sur le commerce

par Sruthi Shankar et April Joyner
Wall Street finit en ordre dispersé, optimisme sur le commerce
La Bourse de New York a fini en ordre dispersé mardi. L'indice Dow Jones a cédé 64,10 points (0,27%) à 24.099,05. Le S&P-500, plus large, a pris 6,75 points, soit 0,25%, à 2.654,80. /Photo prise le 1er mai 2018/REUTERS/Brendan McDermid

NEW YORK (Reuters) - La Bourse de New York a fini en ordre dispersé mardi soutenue par les valeurs technologiques et des évolutions perçues comme positives sur le front des relations commerciales.

Les résultats décevants du laboratoire pharmaceutique Pfizer, la chute des cours du pétrole et un regain d'inquiétudes sur les conséquences de la hausse des coûts sur les profits des entreprises ont en revanche pesé sur la tendance.

Les valeurs américaines ont réduit leurs pertes initiales après des déclarations du représentant américain au commerce, Robert Lighthizer, selon lesquelles l'administration américaine ne souhaite pas changer le système économique chinois mais entend limiter les préjudices qu'il crée pour les Etats-Unis et ouvrir davantage la Chine à la concurrence étrangère.

Le ministre mexicain de l'Economie, Ildefonso Guajardo, a de son côté déclaré que Mexico allait répondre aux propositions américaines concernant le secteur automobile dans le cadre de l'Accord de libre-échange nord-américain (Alena) et qu'un accord était possible si les négociateurs font preuve de suffisamment de créativité et de flexibilité.

Le président américain Donald Trump a par ailleurs décidé de prolonger d'un mois, au 1er juin, les exemptions accordées à l'Union européenne (UE), au Canada et au Mexique pour les droits de douane sur l'acier et l'aluminium.

"Il y a un certain niveau d'inquiétude qui s'est diffusé dans ce marché", a dit Tim Ghriskey, responsable des investissements chez Inverness Counsel. "Mais il y a des perspectives positives sur le commerce."

L'activité du secteur manufacturier américain a fléchi en avril, pour le deuxième mois consécutif, sous l'effet de la pénurie de main d'oeuvre qualifié et de contraintes croissantes sur les capacités de production, ont par ailleurs montré les résultats de l'enquête mensuelle de l'Institute for Supply Management (ISM) publiés mardi.

L'enquête a aussi fait ressortir une hausse de la composante des prix acquittés par les entreprises notamment de matières premières comme l'acier ou l'aluminium, frappés de nouveaux droits de douanes par Washington.

Les profits des entreprises devraient afficher cette année leur plus forte croissance au premier trimestre depuis sept ans, en grande partie grâce aux baisses d'impôts mais les investisseurs s'inquiètent de plus en plus de la hausse des coûts.

La hausse des prix acquittés intervient alors qu'ils s'interrogent aussi sur une possible accélération du rythme de remontée des taux d'intérêt par la Réserve fédérale dont le comité de politique monétaire communiquera ses décisions mercredi à l'issue d'une réunion de deux jours.

L'indice Dow Jones a cédé 64,10 points (0,27%) à 24.099,05. Le S&P-500, plus large, a pris 6,75 points, soit 0,25%, à 2.654,80.

Le Nasdaq Composite a avancé de son côté de 64,44 points (+0,91%) à 7.130,70.

Quelque 6,56 milliards d'actions ont changé de mains sur les marchés américains, à comparer avec une moyenne de 6,54 milliards sur les 20 dernières séances.

DOLLAR EN HAUSSE, PETROLE EN BAISSE

Apple, qui a fait état de résultats trimestriels supérieurs aux attentes et d'un relèvement de 100 milliards de dollars de son programme de rachats d'actions, a pris jusqu'à 5% dans les transactions électroniques après-Bourses puis a cédé une partie de ses gains pour gagner environ 2%.

Match Group, l'exploitant du site de rencontres en ligne Tinder, a signé la pire séance de son histoire avec une chute de plus de 22% après l'annonce par Facebook du lancement prochain d'une fonctionnalité concurrente pour les utilisateurs du réseau social.

Pfizer abandonne 3,3% à la clôture, en tête des baisses du Dow Jones, plombé par des ventes jugées décevantes de quelques-uns de ses principaux médicaments.

Merck & Co termine aussi en baisse, cédant 1,5% en dépit d'un relèvement de sa prévision de bénéfice annuel après avoir publié un bénéfice supérieur aux attentes au premier trimestre.

Les constructeurs automobiles ont connu des évolutions contrastées après l'annonce d'un recul de leurs ventes au mois d'avril alors que la demande des consommateurs continue à faiblir.

General Motors a fini en repli de près de 0,9%, Ford gagne 0,18% et Fiat Chrysler Automobile (FCA) 0,36%.

Le spécialiste des matériaux de construction USG a terminé en hausse de 4,4% après avoir annoncé l'ouverture de discussions en vue de se vendre éventuellement à l'allemand Gebr Knauf, sous la pression notamment de son principal actionnaire Berkshire Hathaway qui en détient 31%.

Sur le marché des changes, le dollar poursuit sa hausse et revient en territoire positif par rapport à son niveau de la fin de l'année dernière. Son indice contre un panier de six autres grandes devises internationales progresse de 0,69% à 92,47.

Le billet vert a franchi plusieurs seuils techniques contre le dollar australien, la couronne suédoise, le franc suisse, la livre sterling mais aussi l'euro. La devise européenne est repassée sous le seuil 1,20 dollar pour la première fois depuis le 11 janvier, à 1,1991 dollar.

L'appréciation de la devise américaine pénalise le pétrole en net repli en dépit de la menace des Etats-Unis de se retirer de l'accord sur le nucléaire iranien, une décision qui entraverait les capacités d'exportation de brut de l'Iran.

Le contrat juin sur le baril de Brent cède 1,86% à 73,31 dollars et celui sur le baril de brut léger américain (WTI) recule de 1,63% à 67,46 dollars.

(Marc Joanny pour le service français)

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe. 

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

WESER

Technicien Qualité (H/F)

WESER - 03/10/2022 - CDI - TOURS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS