Wall Street finit en hausse, espoirs sur le front du commerce

(Reuters) - La Bourse de New York a fini résolument en hausse jeudi, dans l'espoir d'une détente sur le front des relations commerciales entre les Etats-Unis et la Chine.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Wall Street finit en hausse, espoirs sur le front du commerce
La Bourse de New York a fini résolument en hausse jeudi, dans l'espoir d'une détente sur le front des relations commerciales entre les Etats-Unis et la Chine. L'indice Dow Jones, en baisse une bonne partie de la séance, a rebondi dans l'après-midi pour finir sur un gain de soit 0,83%. /Photo d'archives/REUTERS/Carlo Allegri

L'indice Dow Jones, en baisse une bonne partie de la séance, a rebondi dans l'après-midi pour finir sur un gain de 208,77 points, soit 0,83%, à 25.289,27.

Le S&P-500, plus large, a regagné 28,62 points ou 1,06% à 2.730,20.

Le Nasdaq Composite s'est adjugé de son côté 122,64 points (1,72%) à 7.259,03, soutenu par un rebond des valeurs technologiques, notamment Apple qui a repris plus de 2%.

Le S&P et le Nasdaq mettent fin à une série de cinq séances consécutives de baisse, tandis que le Dow Jones restait sur quatre replis d'affilée.

Le représentant américain au Commerce, Robert Lightizer, a annoncé à des chefs d'entreprise que la prochaine série de droits de douane pour les importations chinoises avait été gelée pendant que se poursuivent les négociations bilatérales, a rapporté le FT sans identifier ses sources.

Ses services ont démenti l'information mais les espoirs d'une désescalade n'ont pas faibli, d'autant que Pékin avait confirmé plus tôt la reprise des négociations après trois mois de suspension.

Le président Donald Trump, après avoir taxé pour 250 milliards de dollars (221 milliards d'euros) de produits importés de Chine, menace d'en cibler 267 milliards de plus afin de contraindre Pékin à faire des concessions.

L'information du FT a éclipsé les inquiétudes sur le Brexit et des résultats de sociétés mitigés qui semblaient auparavant condamner le Dow et le S&P à une nouvelle séance de baisse.

"Le marché se cherchait depuis un moment (...) mais la nouvelle nous a fait repartir à la hausse", dit Michael O'Rourke, stratège chez JonesTrading à Greenwich, dans le Connecticut. "Si les négociations reprennent et que les nouveaux tarifs sont gelés, c'est positif."

VALEURS

L'optimisme sur le front commercial a profité aux poids lourds industriels du Dow Jones comme Caterpillar (3,45%) et 3M (+3,46%), mais Boeing (-0,91%) est resté à l'écart, pénalisé par les questions de sécurité autour de son 737 MAX.

Aux technologiques, Apple a repris 2,47% après cinq séances de pertes et Cisco a vu ses résultats trimestriels meilleurs que prévu salués par un gain de 5,50%, la meilleure performance du Dow.

L'indice S&P des technologiques a gagné 2,46% et celui des industrielles 1,25%.

Les financières ont repris 1,44% après leurs pertes de la veille et le compartiment de l'énergie a rebondi de 1,48% dans le sillage des cours du brut, en hausse ces deux derniers jours.

La distribution a été éprouvée par des prévisions décevantes de J.C. Penney, qui a quand-même gagné 11,48% après des propos rassurants de sa nouvelle patronne Jill Soltau, et Dillards, sanctionné d'un recul de 14,83%.

Dans la foulée, le numéro un mondial Walmart a lâché 1,96%, la plus mauvaise performance du Dow Jones, malgré des résultats trimestriels de bonne facture.

Le compartiment de la construction résidentielle a aussi souffert après des résultats inférieurs aux attentes de KB Home, dont le titre a plongé de 15,34%.

LA SÉANCE EN EUROPE

Les principales Bourses européennes, hormis Londres, avaient auparavant clôturé en nette baisse, plombées par la crise politique en Grande-Bretagne.

Le feu vert donné mercredi au projet d'accord avec l'UE par les principaux ministres de Theresa May, loin de faire progresser le dossier, a provoqué la démission de quatre membres du gouvernement, dont celui en charge du Brexit, et la Première ministre est désormais menacée d'un vote de défiance des députés conservateurs.

À Paris, le CAC 40 a perdu 0,70% à 5.033,62 points et le Dax a cédé 0,52% à Francfort. A Londres, si la chute de la livre a permis au FTSE 100 de grappiller 0,06%, l'indice large FTSE 250 a chuté de 1,31%.

L'indice EuroStoxx 50 s'est replié de 0,47%, le FTSEurofirst 300 de 0,94% et le Stoxx 600 de 1,06%.

Les valeurs bancaires (-1,54%) et le secteur automobile (-1,67%), fortement exposés au risque Brexit, ont notamment souffert alors que les minières (+0,66%) ont profité de la remontée des cours des métaux et de l'or.

LES INDICATEURS DU JOUR

Les ventes au détail aux Etats-Unis ont augmenté de 0,8%, plus qu'attendu, le mois dernier selon les statistiques publiées par le département du Commerce; mais hors automobiles, essence, matériaux de construction et services alimentaires, elles affichent une progression de 0,3% seulement alors que les économistes attendaient une hausse de 0,5%.

Les inscriptions au chômage ont par ailleurs enregistré une hausse inattendue la semaine dernière et les prix à l'importation ont augmenté plus qu'anticipé.

A SUIVRE VENDREDI :

La situation politique à Londres continuera de dominer l'actualité des marchés, qui surveilleront par ailleurs la production industrielle d'octobre aux Etats-Unis.

(avec Sruthi Shankar à Bangalore et Marc Angrand à Paris, Véronique Tison pour le service françai)

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS