Wall Street finit à son plus bas depuis fin juillet

par Herbert Lash
Partager
TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Wall Street finit à son plus bas depuis fin juillet
La Bourse de New York a clôturé en net repli mercredi, le Dow Jones finissant à son plus bas niveau depuis fin juillet en raison de la nouvelle flambée de la pandémie de coronavirus dans le monde et des incertitudes sur les résultats de l'élection américaine du 3 novembre prochain. L'indice Dow Jones a cédé ainsi 3,43% à 26.519,95 points, le S&P-500, plus large, 3,53% à 3 271,03 points et le Nasdaq Composite 3,73% à 11.004,87 points. /Photo prise le 26 octobre 2020/REUTERS/Mike Segar

PARIS (Reuters) - La Bourse de New York a clôturé en net repli mercredi, le Dow Jones finissant à son plus bas niveau depuis fin juillet en raison de la nouvelle flambée de la pandémie de coronavirus dans le monde et des incertitudes sur les résultats de l'élection américaine du 3 novembre prochain.

Outre la pandémie, l'incapacité de Washington à conclure un accords sur un plan de relance économique a entraîné la chute de plus de 3% de tous les grands indices.

L'indice Dow Jones a cédé ainsi 3,43% à 26.519,95 points, le S&P-500, plus large, 3,53% à 3 271,03 points et le Nasdaq Composite 3,73% à 11.004,87 points.

L'indice du CBOE qui mesure la volatilité implicite du S&P-500 grimpe à 40,28 points, son plus haut depuis le 11 juin.

En dehors de la situation inquiétante de l'épidémie aux Etats-Unis, l'Europe inquiète également les investisseurs alors que la France et l'Allemagne ont annoncé mercredi des mesures de reconfinement

"De toute évidence, le virus est hors de contrôle. Il progresse, c'est mauvais", a déclaré Eric Kuby, directeur des investissements chez North Star Investment Management Corp à Chicago. "L'idée selon laquelle (...) il va juste disparaître ne tient pas la route."

Les secteurs les plus impactés par le virus, comme l'hôtellerie, les loisirs et le transport aérien, se sont effondrés, tout comme celui des valeurs pétrolières.

Les grandes techs emblématiques comme Apple, Alphabet, Amazon et Facebook - qui doivent publier leurs résultats jeudi - ont toutes perdu au moins 3%, pesant ainsi fortement sur le S&P 500.

(Jean-Michel Bélot)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

Nouveau

Dans le Podcast Inspiration, Cyril Bosviel, chef à l'institut Paul Bocuse à Lyon, répond aux questions de Christophe Bys. Il revient sur ses débuts, son parcours de chef cuisinier mais...

Écouter cet épisode

Auto et économie circulaire

Auto et économie circulaire

Dans ce nouvel épisode du podcast La Fabrique, Julie Thoin-Bousquié revient sur la prise en compte des enjeux d'économie circulaire dans l'automobile. En toile de fond, l'impératif de...

Écouter cet épisode

La mobilité de demain selon Clotide Delbos et Christel Bories

La mobilité de demain selon Clotide Delbos et Christel Bories

Lors des Assises de l'industrie 2021 organisées par L'Usine Nouvelle, Clotilde Delbos, directrice générale adjointe de Renault et DG de Mobilize (marque du groupe au losange) et Christel Bories,...

Écouter cet épisode

Une bête curieuse

Une bête curieuse

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix nous raconte le parcours de Temple Grandin.  Autiste, experte en psychologie des animaux, ingénieure, chef d’entreprise... Temple Grandin...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 06/12/2021 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS