Wall Street débute une semaine cruciale sans grand changement

(Reuters) - Wall Street se cherche une tendance lundi dans les premiers échanges, les indices de référence marquant une pause à l'amorce d'une semaine cruciale après avoir enchaîné les records depuis la victoire de Donald Trump à l'élection présidentielle du mois dernier.
Partager

Le moindre appétit des investisseurs pour le risque s'explique en outre par l'imminence de la réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale qui se tiendra mardi et mercredi.

L'indice Dow Jones gagne 12,60 points, soit 0,06%, à 19.769,45 quelques minutes après l'ouverture, assez pour atteindre un nouveau plus haut historique. Le Standard & Poor's 500, plus large, recule de 0,06% à 2.258,26 et le Nasdaq Composite cède 0,34% à 5.426,19.

Les promesses du président élu de stimuler l'économie, de baisser les impôts et d'assouplir la réglementation du secteur financier ont entraîné une séquence de hausse sur les marchés actions, permettant au S&P-500 de prendre plus de 5% depuis la clôture du 8 novembre, jour du scrutin.

Si les investisseurs ne doutent pas que la banque centrale américaine annoncera mercredi qu'elle relève ses taux directeurs, ils s'inquiètent de ce que dira la Fed sur le rythme des resserrements à venir.

Dans ce contexte, les indices évoluent peu dans les premiers échanges malgré la flambée des cours du pétrole, qui prennent plus de 4% dans le sillage de l'accord de samedi entre membres de l'Opep et producteurs extérieurs au cartel pour réduire l'offre afin de soutenir les prix.

Les compagnie pétrolières profitent du mouvement avec notamment +1,6% pour Exxon Mobil et +1,8% pour Chevron.

A la baisse, Lockheed Martin, qui fabrique le F-35,, perd près de 5% après un tweet de Donald Trump dénonçant les coûts du programme de l'avion de combat. Le titre entraîne avec lui l'indice du secteur de l'armement, presque entièrement dans le rouge.

Sur le marché obligataire, la perspective d'une remontée de l'inflation avec la hausse des prix de l'énergie fait grimper les rendements des obligations d'Etat, celui des Treasuries à 10 ans dépassant 2,5% pour la première fois depuis octobre 2014.

Dans ce contexte, les prévisions d'inflation que communiquera mercredi la Fed seront très suivies. Si elles sont à la hausse, les investisseurs pourraient en déduire que les hausses de taux vont s'accélérer, ce qui risquerait de précipiter les actions vers le bas.

(Tanya Agrawal; Patrick Vignal pour le service français, édité par Véronique Tison)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

Dans le Podcast Inspiration, Cyril Bosviel, chef à l'institut Paul Bocuse à Lyon, répond aux questions de Christophe Bys. Il revient sur ses débuts, son parcours de chef cuisinier mais...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 10/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS