Wall Street cède 1,48% avec la crise des saisies immobilières

par Edward Krudy

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Wall Street cède 1,48% avec la crise des saisies immobilières

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a chuté de près de 1,5% mardi, plombée à la fois par le recul des valeurs bancaires sur fond d'inquiétudes concernant les suites de l'enquête sur les saisies immobilières et par les replis d'Apple et d'IBM après des résultats jugés décevants.

L'indice Dow Jones des 30 industrielles a perdu 1,48%, cédant 165,07 points, à 10.978,62 points. Le S&P-500, plus large, a perdu 18,81 points, soit 1,59%, à 1.165,90 points. Le Nasdaq Composite a reculé de son côté de 43,71 points (-1,76%) à 2.436,95 points.

L'indice bancaire KBW a baissé de 1,20% en raison des craintes de voir certains établissement être contraints de racheter des milliards de dollars de crédits immobiliers au cas où l'irrégularité de certaines procédures de saisies serait avérée.

Bank of America, le premier collecteur de crédits immobiliers aux Etats-Unis, a chuté de 4,38% à 11,80 dollars après un article de l'agence de presse Bloomberg disant que les fonds PIMCO et Blackrock ainsi que la Réserve fédérale de New York tentaient de contraindre la banque à racheter pour 47 milliards de crédits immobiliers adossés à des titres obligataires.

Cette information a totalement annulé l'effet de résultats trimestriels meilleurs que prévu. Goldman Sachs a en revanche profité de la publication de performances supérieures aux attentes, l'action gagnant 1,96% à 156,72 dollars.

Parmi les autres grands noms du secteur bancaire, JPMorgan Chase a cédé 1,39% à 37,69 dollars, Citigroup 2,64% à 4,06 dollars et Wells Fargo 1,29% à 24,55 dollars.

Peu avant la fermeture de Wall Street, Robert Gibbs, porte-parole de la Maison blanche, a annoncé la tenue mercredi d'une réunion gouvernementale sur la crise des saisies - et ses éventuelles conséquences sur le marché immobilier en particulier et l'économie en général - soulignant que les banques reconnues coupables d'irrégularités s'exposaient à des amendes fédérales et à des actions en justice de propriétaires.

Le secteur technologique a également pesé sur la cote, Apple ayant reculé de 2,68% à 309,49 dollars et IBM de 3,36% à 138,03 dollars après que les investisseurs se sont montrés déçus par les performances de certains domaines d'activité des deux groupes.

Coca-Cola a évolué à contre-tendance, terminant en hausse de 0,57% à 60,34 dollars après la publication d'un bénéfice trimestriel supérieur aux attentes.

En revanche, l'action Johnson & Johnson a baissé de 0,89% à 63,29 dollars après que le groupe de produits de grande consommation a fait état d'un chiffre d'affaires trimestriel jugé décevant.

Harley-Davidson a vu son action chuter de 6,74% à 30,30 dollars après que les investisseurs se sont rendus compte que l'annonce d'un bénéfice trimestriel meilleur que prévu était surtout lié aux performances de la branche financement du fabricant de motos, dont les ventes sont restées faibles.

Benoit Van Overstraeten pour le service français

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS