Wall Street attendue dans le désordre avant les "techs" et la Fed

par Laetitia Volga

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Wall Street attendue dans le désordre avant les
Les Bourses européennes baissent légèrement mardi à mi-séance. À Paris, le CAC 40 perd 0,13% à 6.570,38 à 11h24 GMT. À Francfort, le Dax abandonne 0,3% et à Londres, le FTSE baisse de 0,28%. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau

PARIS (Reuters) - Wall Street est attendue en ordre dispersé mais sur de faibles variations à l'ouverture et les Bourses européennes baissent légèrement mardi à mi-séance, le recul des marchés chinois et l'imminence de la réunion de Réserve fédérale sous une pluie de résultats freinant l'appétit des investisseurs pour les actifs risqués.

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en baisse de 0,2% pour le Dow Jones, de 0,1% pour le S&P-500 mais en petite hausse pour le Nasdaq.

À Paris, le CAC 40 perd 0,13% à 6.570,38 à 11h24 GMT. À Francfort, le Dax abandonne 0,3% et à Londres, le FTSE baisse de 0,28%.

L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 recule de 0,26%, l'EuroStoxx 50 de la zone euro de 0,29% et le Stoxx 600 de 0,27%.

Les actions mondiales ont progressé récemment, portées par de bons résultats d'entreprises et un certain optimiste concernant la reprise. Mais les inquiétudes sur la propagation du variant Delta, sur l'inflation, la future stratégie des banques centrales et le durcissement réglementaire en Chine pèsent sur la tendance.

Les principaux indices chinois ont accentué leur baisse et ont perdu plus de 2%, la Bourse de Hong Kong chutant même de 4,2%, les investisseurs craignant l'impact du renforcement des réglementations gouvernementales.

"Après le secteur technologique, Pékin a récemment étendu ses réformes réglementaires à d'autres valeurs comme l'immobilier et l'éducation, ce qui amène les investisseurs à se demander qui sera la prochaine cible. Cette répression des entreprises privées de la Chine entame considérablement le sentiment du marché, malgré une saison de bénéfices meilleure que prévu jusqu'à présent," a déclaré Pierre Veyret, analyste d'ActivTrades.

L'attention se focalise également sur la réunion de deux jours du comité de politique monétaire (FOMC) de la Fed, à l'issue de laquelle la banque centrale pourrait donner des indications sur le niveau élevé de l'inflation et son programme de rachats d'actifs.

LES VALEURS À SUIVRE À WALL STREET

En attendant, les publications des géants Alphabet, Apple et Microsoft mais aussi Starbucks, Visa ou encore Mondelez après la clôture, les acteurs du marchés analysent les chiffres trimestriels d'autres poids lourds américains.

Le titre Tesla gagne 2,3% en avant-Bourse, le constructeur automobile ayant publié des résultats supérieurs aux attentes au deuxième trimestre, bien aidé par des livraisons record malgré la pénurie de puces et de matières premières.

Le conglomérat General Electric est indiqué en hausse de 3,7% après avoir relevé son objectif de flux de trésorerie disponible pour l'année.

VALEURS EN EUROPE

LVMH gagne 1,87%, le numéro mondial du luxe ayant vu ses ventes s'envoler au premier semestre grâce aux marques Louis Vuitton et de Dior.

En tête du CAC 40, Dassault Systèmes s'octroie 4,54% après la révision à la hausse de prévisions de croissance pour 2021 à la faveur d'une demande toujours soutenue.

Michelin a pris jusqu'à 1,44% en séance avant de réduire ses gains (+0,78%) malgré des prévisions annuelles revues à la hausse.

Du coté du SBF 120, Lagardère bondit de 7,45% après la parution de résultats supérieurs aux attentes mais Worldline et Edenred cèdent respectivement 8,72% et 2,45% après leurs semestriels.

A Londres, Reckitt Benckiser chute de 8,48%, en queue de peloton du Stoxx 600, le fabricant de produits de grande consommation ayant publié un chiffre d'affaires trimestriel inférieur aux attentes.

Randstad (-6,79%) et Logitech (-4,50%) figurent parmi les plus fortes baisses de l'indice européen à la suite de leurs résultats

TAUX

A l'approche de la réunion de la Fed, les investisseurs jouent la prudence et se penche sur les emprunts d'Etat donc les rendements reculent: celui des Treasuries à dix ans cède deux points de base à 1,2611%, de même que son équivalent allemand, à -0,431%.

"Nous doutons que les acteurs du marché aient beaucoup d'appétit pour prendre de nouvelles positions avec le risque lié à la réunion du FOMC (...) Cela devrait au moins empêcher une nouvelle baisse des taux aujourd'hui mais pas après la réunion mercredi si nous n'avons pas de signal fort sur le 'tapering'", a déclaré Antoine Bouvet, stratège chez ING.

CHANGES

Le dollar affiche grappille 0,08% face à un panier de référence, profitant de son statut de valeur refuge.

L'euro perd 0,08% à 1,179 dollar.

Le dollar australien (-0,3%) et le yuan (-0,5%) sont en baisse contre le billet vert en raison de la répression réglementaire croissante en Chine.

PÉTROLE

Les cours du pétrole montent légèrement, les investisseurs pariant sur le fait que l'offre limitée et l'avancée de la vaccination contribueront à compenser tout impact de l'augmentation des cas de COVID-19 sur la demande.

Le baril de Brent gagne 0,34% à 74,75 dollars et le brut léger américain prend 0,11% à 71,99 dollars.

(Reportage Laetitia Volga, édité par Blandine Hénault)

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS