VW : Soupçons et volatilité

Que penser de la capitalisation de Volkswagen ? Hier, le titre du constructeur s'envole à plus de 1000 € et place VW comme première capitalisation boursière mondiale, devant Exxon, PetroChina ou GE, à 319 milliards d'euros soit 77 fois son bénéfice !

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

VW : Soupçons et volatilité
Dimanche, Porsche annonce qu'il détient potentiellement 74% du capital de VW alors que les marchés croyaient qu'il n'en détenait que 35%. Autre actionnaire, l'Etat de Basse Saxe détient 20% du capital de VW. Ajouté aux 74% de Porsche, il ne reste donc plus que 6% de titres en circulation.

Panique sur les marchés. Les hedge funds et banques qui avaient parié sur une baisse de la valeur et acheté des actions à découvert, spéculant sur un remboursement de la différence, se retrouvent à devoir acheter les rares actions en circulation pour limiter la perte. Suscitant mécaniquement une hausse de l'action : + 400% en deux jours.

Sur le coup, les fonds spéculatifs auraient perdus 20 milliards de dollars. La Deutsche Bank 300 millions d'euros.

Conséquence, les actions bancaires SocGen, Morgan Stanley et Goldman chutent en bourse, soupçonnées d'être largement exposées sur le cours VW. Malgré les dénégations de ces dernières, rien n'y fait, le marché bruisse de pertes colossales d'une bancaire et de hedge funds sur cette seule action. Sans savoir qui.

Au-delà de l'extrême volatilité des marchés rendant caduque les modèles statistiques et de gestion de risque habituels, l'affaire VW est symptomatique à la fois du comportement des investisseurs - business as usual en dépit des risques sur l'économie réelle - et de l'ambiance sur les marchés. Une ambiance lourde plombée par le doute et le soupçon à l'encontre du bien fondé des actions menées par les investisseurs institutionnels et l'opacité absolue de celles-ci. Exposé ou non ? Toxique ou non ? Quelles pertes sur quelles opérations ?

Si la Bourse repose sur la psychologie des marchés et son humeur, le passage de la paranoïa à l'euphorie reste un horizon lointain.

Fabrice Frossard

réagir

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS