[Vu du ciel] BepiColombo prend une dernière photo de la Terre avant de partir pour Mercure

La mission spatiale BepiColombo poursuit son long voyage vers Mercure. Le 10 avril, elle s'est approchée au plus près de la Terre pour réaliser une manoeuvre d'assistance gravitationnelle. Les sondes spatiales ont pu prendre une dernière photographie de notre planète avant de s'éloigner.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

[Vu du ciel] BepiColombo prend une dernière photo de la Terre avant de partir pour Mercure
Le 10 avril, vers 6h25 (heure de Paris), BepiColombo est passé à 12 700 kilomètres de la surface terrestre.

La Terre et les sondes spatiales BepiColombo se disent au revoir ! Vendredi 10 avril, la mission menée par l’Europe et le Japon s’est approchée une dernière fois de notre planète. Lancés en 2018, les orbiteurs vont désormais poursuivre leur long voyage vers Mercure. Avant de nous quitter, l’appareil construit par Airbus a pu prendre une dernière photo de la Terre.

Le 10 avril, vers 6h25 (heure de Paris), BepiColombo est passé à 12 700 kilomètres de la surface terrestre. Pour ordre de comparaison, la distance moyenne entre la Terre et la Lune s’élève à 384 400 kilomètres. C’est la dernière fois que la mission s’approchait aussi près de nous.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Un jeu de mécanique céleste

Pourquoi ce détour ? En réalisant cette manoeuvre, les engins spatiaux profitent en réalité de la gravité terrestre et d’un effet de fronde pour freiner. BepiColombo va devoir utiliser plusieurs fois l’assistance gravitationnelle : les deux prochains survols auront lieu près de Vénus et les six derniers s’effectueront autour de Mercure. L’objectif est bien de freiner pour résister à la puissante attraction du Soleil et pour approcher au plus près Mercure, la planète la plus petite et la plus proche du Soleil.

Ce jeu inédit de mécanique céleste va durer jusqu’en 2026, après quoi BepiColombo pourra débuter ses observations sur Mercure. Grâce à cette mission, les scientifiques européens et japonais espèrent découvrir des informations sur la formation et l’évolution de notre système solaire. Une vidéo de l’Agence spatiale européenne (ESA) représente ce voyage de 8,5 milliards de kilomètres.

Le Covid-19 complique la manoeuvre

En pleine crise du Covid-19, le Centre européen des opérations spatiales de l’ESA situé à Darmstadt (Allemagne) a dû gérer ce survol de la Terre avec un nombre limité de personnes. Or, l’étape représente un défi technique comme l’explique Elsa Montagnon dans un communiqué, responsable des opérations de vol de BepiColombo pour l’ESA : “Lorsque les engins spatiaux traversent l'ombre de notre planète, pour la première fois depuis leur lancement ils ne reçoivent alors plus aucune lumière directe du Soleil.”

Selon les premières observations de l’ESA, la manoeuvre s’est déroulée avec succès. Les équipes de l’agence vont pouvoir utiliser les données capturées pendant l’opération pour préparer le prochain survol près de Vénus.

(Cette image a été prise peu à environ 19 000 kilomètres de la Terre, au moment où BepiColombo approchait au plus près la Terre. Crédit : ESA / BepiColombo / MTM / CC BY-SA 3.0 IGO)

Au sol, les amateurs d’astronomie ont pu observer une dernière fois les sondes spatiales au télescope. BepiColombo a également partagé une photographie de la Terre en noir et blanc. Le directeur du programme science de l’ESA, Günther Hasinger, a salué les vertus réconfortantes de cette prise de vue depuis l’espace : “Quand je regarde ces images, je pense à la force et à la résilience de l'humanité, aux défis que nous arrivons à surmonter quand nous faisons équipe ensemble, et j'espère qu'elles vous donneront le même espoir que moi quant à notre futur.”

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Aéro et Défense
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    AVRIL
ARTICLES LES PLUS LUS