International

[Vu du ciel] A quoi ressembleront les Lylipad, ces îles du futur destinées à accueillir les réfugiés climatiques en Malaisie ?

Hubert Mary , , , ,

Publié le

Vidéo Le cabinet d'architecture danois BIG a dévoilé les plans de trois îles artificielles conçues pour accueillir les réfugiés climatiques dus à la montée des eaux au large de la Malaisie. Transport autonome, matériaux écologiques et énergies renouvelables sont au cœur du projet.  

[Vu du ciel] A quoi ressembleront les Lylipad, ces îles du futur destinées à accueillir les réfugiés climatiques en Malaisie ?
Ces îles artificielles pourront accueillir 75 000 personnes.
© BIG

L'atmosphère se réchauffe et l'eau monte. Deux conséquences liées au dérèglement climatique maintenant scientifiquement démontrées. Selon le dernier rapport du GIEC (Groupement d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat), en 2019, l'élévation du niveau de la mer pourrait contraindre 280 millions de personnes à quitter leur foyer d'ici 2050.

L'archipel indonésien serait en grande partie touché par ce phénomène. Pour répondre (en partie) à cette problématique, le gouvernement de l'Etat de Penang, en Malaisie, a lancé en 2009 le concours BiodiverCity pour imaginer trois îles artificielles capables d'accueillir ces populations. Le lauréat du concours, BIG, un cabinet d'architecture danois, a dévoilé en août les plans d'ensemble de ces îlots urbains qui flotteront au large du détroit de Malacca, inspirés des "lilypad" ("nénuphar"), conçus en 2008 par l'architecte belge Vincent Callebaut.

Transport autonome, matériaux écologiques et énergies renouvelables

Le projet BiodiverCity met l'accent sur la durabilité et la neutralité environnementales. Un objectif logique pour des villes qui devront leur existence au réchauffement climatique. Selon BIG, les bâtiments de BiodiverCity seront en grande partie construits en utilisant une combinaison de bambou, de bois malais et de "béton vert" (qui utilise des matériaux recyclés). L'énergie sera entièrement issue des énergies renouvelables et la voiture, exclue, sera remplacée par un réseau de transport autonome par voie maritime, aérienne et terrestre, en privilégiant les cyclistes et les piétons.

Trois îles pour accueillir 75 000 habitants

Les trois îles seront divisées en districts de 15 000 à 18 000 habitants. Chaque île disposera de 4,6 kilomètres de plages publiques, de 242 hectares de parcs et d'un front de mer de 25 kilomètres de long. Le premier îlot sera baptisé Canaux. Il comprendra le "Civic Heart", une zone dédié aux autorités et aux établissements de recherche. Ainsi qu'un district qui ressemblera à la capitale de l'État de Penang, George Town.

La deuxième île, la plus centrale, baptisée Mangrove, accueillera les activités commerciales. Une zone, appelée Bamboo Beacon, sera dédiée aux conférences et événements culturels au centre de l'île.

La dernière île, nommée La Laguna, est décrite par le cabinet d'architecture comme un archipel miniature. Huit îles composeront cet ensemble, qui accueillera des habitations sur pilotis.   

Autour de ces quartiers du futur, BIG a imaginé un réseau de couloirs écologiques appelés "tampons",  de 50 et 100 mètres de longs, qui serviront de réserves naturelles et de parcs pour soutenir la biodiversité.

"Nous avons proposé la création de lilypads urbains organisés par une structure cellulaire de quartiers urbains reliés par des parcelles naturelles et des couloirs d'habitats, a expliqué le fondateur de BIG, Bjarke Ingels.

 

 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte