[VRAI OU FAUX] Renault cache quoi sous son capot ?

La justice suspecterait Renault d'avoir trompé ses clients sur le véritable niveau de pollution de ses moteurs diesel, selon le rapport de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) transmis au parquet et que Libération a consulté. Plus précisément, ce document explique que Renault "a utilisé une stratégie ayant pour objectif de fausser les résultats des tests antipollution". Le constructeur automobile se défend en affirmant que "les véhicules Renault ne sont pas équipés de logiciels de fraude aux dispositifs de dépollution." Mais que se passe-t-il exactement sous le capot de Renault ?

 

Partager

Aucun logiciel de fraude n'a été détecté sur les véhicules de renault

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

VRAI. La commission mise en place par Ségolène Royal après le scandale Volkswagen a rendu son rapport final vendredi 29 juillet 2016. Ce rapport précise que la commission ne peut pas se prononcer sur la présence ou non de logiciels "tricheurs" dans les véhicules testés, car il n'a pas été possible d'avoir accès à l'ensemble des logiciels embarqués.

Elle a pu toutefois constater lors des auditions "une tendance de l'industrie automobile à profiter de la généralisation des véhicules connectés pour promouvoir des mises à jour des logiciels embarqués 'over the air' (à distance, Ndlr), sans besoin de passer par un atelier spécialisé comme aujourd’hui." Ces pratiques pourraient être détournées et employées pour faire instantanément apparaître ou disparaitre des logiciels tricheurs. Des contrôles aléatoires seront certainement mis en place pour contrer ces éventuelles pratiques.

Si la commission a permis d'attester qu'aucun logiciel de fraude n'avait été détecté, elle a toutefois mis en avant un dépassement des normes pour le CO2 et les oxydes d'azote. Seraient notamment concernés le Captur et l'Espace 5.

Le système EGR est l'une des causes du dépassement des seuils de pollution

VRAI. Auditionné par la commission, Renault dit avoir modulé le taux de recirculation des gaz d'échappement (EGR) sur les cycles de roulage moteurs chauds à faible vitesse moyenne pour prévenir des risques d'encrassement, qui peuvent conduire à des problèmes de sécurité.

Avec ce système EGR, une partie des gaz d’échappement du moteur est réinjectée dans le collecteur d’admission. Comme ces gaz contiennent moins d’oxygène, la production d’oxyde d’azote est réduite. "Ce système fonctionne bien à basse charge, en ville par exemple, mais à pleine charge, son effet est contraire", expliquait un ingénieur motoriste, interrogé par L'Usine Nouvelle en octobre 2015. A haute température, par exemple lors d’un long trajet, l’EGR produit des particules. Malgré un coût très compétitif, plébiscité par les constructeurs généralistes, son effet devient donc négatif. Renault se défend donc en expliquant que son EGR a été réglé pour fonctionner quand la température de l’air se situe entre 17° C et 35° C.

Lire notre article Moteur diesel : vers une dépollution selon les usages

Renault propose à ses clients une amélioration des systèmes de dépollution

VRAI. Le constructeur a promis d'améliorer ces moteurs en doublant la plage de température en question. Renault veut ajouter des vannes EGR à celles existantes afin de couvrir un spectre d'utilisation du moteur plus large.

Cette amélioration a commencé à être appliquée en juillet dernier sur une partie des voitures sortant d'usine et doit être étendue progressivement à toute la production. En revanche, le patch d'amélioration sur les véhicules en circulation n'a été proposé qu'en début d'année alors que le programme devait initialement débuter en octobre 2016.

Cela a entraîné un rappel de 15 800 Captur

VRAI et FAUX. Mardi 18 janvier 2016, Renault a confirmé le rappel de 15 800 véhicules. Il s'agit du Captur, son crossover star, l'une des voitures les plus vendues en 2015. Sont concernés les diesel 110 chevaux produits en Europe entre février et septembre 2015.

Selon le constructeur, le rappel des Captur n'est pas lié au problème de l'EGR. Renault a identifié sur ces véhicules une anomalie de calibration du Nox Trap (le piège à NOx). Cette technique de dépollution intervient dans un second temps, après le dispositif EGR. "Cette anomalie va être rapidement corrigée mais n'a absolument rien à voir avec les problèmes soulevés par l'EGR", nous assure-t-on chez Renault, contacté mercredi 20 janvier 2016.

Partager

NEWSLETTER Auto et Mobilités
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS