Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

[VRAI OU FAUX] Le virus Zika, ennemi public numéro 1 ?

Marine Protais

Publié le , mis à jour le 30/06/2016 À 15H11

Il fait la une des journaux et terrorise les femmes enceintes en Amérique du Sud. Décrété "une urgence mondiale" par l'OMS, Zika fait peur. Ses conséquences sont, dans la plupart des cas, bénignes. Il ne provoque pas de décès immédiat. Mais le virus serait à l'origine de microcéphalies chez le nourrisson, de syndromes de Guillain-Barré et de myélites. Que sait-on réellement de Zika et doit-on le craindre? Le vrai/faux de L'Usine Nouvelle.


Crédits : CC

L'épidémie Zika est comparable à celle d'Ebola

Faux En annonçant un état d'alerte à l'échelle mondiale, Margaret Chan, la directrice générale de l'OMS a comparé la menace que représente Zika à l'épidémie à peine éteinte du virus Ebola en Afrique de l'Ouest. Une comparaison un peu hâtive. "Zika diffère considérablement d'Ebola. Le virus Ebola provoque des vomissements, de la fièvre et des saignements excessifs qui exigent un rapide développement de centres de traitement, des incinérations sécurisées et des protocoles de contrôles très stricts. Alors que Zika est habituellement relativement bénin", relève le site d'information Quartz.

L'explosion du nombre d'infection à Zika et le fait que l'on ne connaisse pas tous ses effets expliquent les mesures d'urgence prises par l'OMS. Quelque 1,5 million de personnes sont contaminées dans 28 pays, principalement en Amérique. Et 4 millions de personnes pourraient être contaminées en Amérique d'ici à douze mois. L'OMS, fortement critiquée pour la lenteur de sa réaction lors de l'épidémie Ebola, montre qu'elle a appris de ses erreurs.

 

Zika est uniquement transmis par le moustique tigre

Faux "Non, ce n'est pas la seule espèce de moustique à transporter le virus, d'autres moustiques de genre Aedes peuvent le transmettre, en particulier l'Aedes aegypti qui vit en zone tropicale. Mais le moustique tigre (Aedes albopictus) a la répartition mondiale la plus large", précise Jean-Claude Manuguerra, virologue vétérinaire et directeur de la Cellule d’intervention biologique d’urgence de l’Institut Pasteur. Cette espèce dite invasive est aussi le vecteur de la dengue et du chikungunya. Concernant la transmission de Zika par rapport sexuel, seul deux cas ont été identifiés.
 
Les symptômes provoqués par Zika sont très variables suivant les individus

VRAI. Selon L'institut Pasteur, 70 à 80% des personnes infectées ne développent aucun symptome. dans les autres cas, les symptômes provoqués par Zika sont de type grippal : fatigue, fièvre, maux de tête, douleurs musculaires… La maladie peut aussi provoquer des éruptions cutanés, des conjonctivites, des troubles digestifs… “Dans la plupart des cas, les troubles sont modérés et nécessitent pas d’hospitalisation”, précise l’Institut Pasteur.
Les complications, si elles sont peu fréquentes “ne doivent pas êtres négligées dans le cas d’une importante épidémie”, alerte l’organisme.
Des syndromes de Guillain-Barré (troubles neurologiques) ont été constatés au Brésil et en Polynésie française.
Un premier cas de myélite aiguë suite à une infection par le virus a été détecté en Guadeloupe par des chercheurs français (CNRS et Inserm). La patiente, âgée de 15 ans, a présenté un déficit moteur des quatre membres. Pour les chercheurs, cela renforce l’idée que le virus Zika peut avoir des conséquences neurologiques.
 
 
Zika provoque une microcéphalie chez le nourrisson

Vrai et Faux. Officiellement, aucune causalité n'a été établie entre Zika et la malformation cérébrale chez le nourrisson, mais elle est fortement suspectée. "Les autorités sanitaires enquêtent actuellement sur le lien possible entre la maladie à virus Zika chez la femme enceinte et la microcéphalie chez le nouveau-né", précise l'OMS. Les scientifiques s'opposent: certains demandent des recherches plus poussées, d'autres estiment que les données épidémiologiques suffisent à établir un lien entre Zika et microcéphalie (lire l'article de Slate à ce sujet).

Les scientifiques et les autorités sanitaires ne savent pas comment ni pourquoi le virus pourrait déclencher une microcéphalie, ou un syndrome de Guillain Barré, maladie neurologique entraînant une paralysie progressive. La Colombie a annoncé début février trois décès chez des patients souffrant de cette maladie et ayant contracté le virus Zika. Mais l'OMS a invité à la prudence sur le lien entre Guillain-Barré et Zika. "D'autres maladies infectieuses peuvent provoquer ce syndrome, comme la dengue ", précise le Dorothée Missé, chercheuse à l'IRD de Montpellier.

 

Le virus a fortement muté

Faux Pourquoi Zika semblait moins pathogène lors de l'épidémie polynésienne fin 2013 ? L'hypothèse d'une mutation parait la plus probable pour expliquer l'explosion de sa virulence. "Zika a muté, comme tous les virus, mais pas de manière significative", tempère Jean-Claude Manuguerra. L'Institut Pasteur de la Guyane a séquencé en janvier le génome intégral du virus Zika responsable de l'épidémie dans la zone tropicale du continent américain. Publiée dans la revue scientifique The Lancet, l’analyse de cette séquence montre une homologie quasi complète avec les souches à l’origine de l’épidémie qui a sévi en 2013 et 2014 dans le Pacifique.

 

On connaît peu de choses sur Zika

Vrai Le virus a été isolé chez le singe en Ouganda en 1947, et existait certainement depuis bien plus longtemps. Pourtant peu d'articles scientifiques ont été publiés sur Zika. "Il y a quelques années encore, seuls quelques cas humains avaient été rapportés. Il faut attendre 2007 pour que le virus révèle sa capacité épidémique, avec 5 000 cas en Micronésie dans le Pacifique, puis surtout, fin 2013 en Polynésie, où 55 000 personnes ont été touchées. Et depuis cette épidémie, les publications se multiplient. C'est à partir de ce moment que L'IRD a travaillé sur une étude biologique du virus", raconte Dorothée Missé.

 

Il n'existe ni traitement ni vaccin

Vrai "Les seuls traitements qui existent sont symptomatiques", explique Jean-Claude Manuguerra. Comprendre du paracétamol pour apaiser les douleurs. La course au vaccin est lancée, et encouragée par l'OMS. Sanofi espère tester son vaccin sur l'homme dans un an. En juin 2016, la revue Nature a publié une étude de chercheurs américains, israéliens et brésiliens. Ils ont obtenu des résultats encourageants sur des souris avec deux vaccins contre Zika. Les scientifiques expliquent que ces vaccins ont donné aux rongeurs une protection complète contre une souche du virus Zika. Deux types de vaccins ont été testés : un vaccin synthétique à base d’ADN et un vaccin contenant une forme inactivée et purifiée du virus. Des questions demeurent. Est-ce-que ces vaccins protègent efficacement le fœtus ? Est-ce qu’ils ne contribuent pas au développement d’autres maladies liées au même virus, comme la dengue ? Et bien sûr, l'efficacité de ces vaccins sur l’Homme.

 

Il y a un risque de contamination en France métropolitaine 

Vrai et Faux

Seul cinq cas importés ont été identifiés en France métropolitaine. Rien d'alarmant donc. Toutefois, le moustique tigre, vecteur du virus, est présent dans 20 départements français du sud de la France selon le Haut conseil de la santé publique (HCSP). Pour Dorothée Missé "cela représente un vrai risque pour la France et l'Europe"Interrogé par Libération, Arnaud Fontanet, responsable de l’unité épidémiologie des maladies émergentes de l’Institut Pasteur, nuance : "Comme il y a peu de moustiques-tigres, le risque épi­démique est faible. On aura plus vraisemblablement quelques cas comme on l’a observé pour la dengue et le chikungunya, d’autant qu’un contrôle antivectoriel sera immédiat pour retirer tous les gîtes larvaires autour des maisons touchées."

Marine Protais

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle