International

"Vous pourrez parler à votre voiture comme à un ami", avance le patron d’iNAGO

, ,

Publié le

La start-up canadienne iNAGO vient de commercialiser son assistant vocal en Amérique du nord. Intégré aux voitures, il permettra aux conducteurs d’avoir une conversation presque humaine avec leurs véhicules.  


Crédits Marine Protais

"Met le chauffage", "Je n’ai pas compris votre demande", "Allume le chauffage", "Veuillez répéter votre demande". Voilà à quoi ressemble un échange type entre un conducteur et l’assistant vocal de sa voiture.

Pour que la commande vocale soit effective, l’utilisateur doit prononcer une formule exacte. iNAGO (Intelligent agent online), une start-up de 35 salariés basée à Toronto, veut remédier à ce problème. Elle a conçu Netpeople, un logiciel capable de simuler une conversation humaine "naturelle et intelligente".

"Contrairement aux assistants vocaux actuels comme Siri, Netpeople s’adapte au langage du conducteur, explique Ron DiCarlantonio, le fondateur et dirigeant d’Inago, sourire franc aux lèvres et regard perçant. Il pose plusieurs questions pour comprendre ce que veut le conducteur, et se souvient du contexte de la conversation. Comme si vous vous adressiez à un ami."

Démonstration (sur simulateur) : "Où veux-tu aller ?", "Dans un restaurant italien", "A Toronto ?" (où se trouve le véhicule), "Non, à New-York", "Ok, quel est ton budget ?"… La conversation se poursuit jusqu’à ce que Netpeople trouve une liste de quelques restaurants, qu’il lit ensuite à voix haute.

L’assistant est aussi capable de trouver une place de parking libre à proximité, de rechercher un itinéraire, de lire la météo du jour, d’envoyer un e-mail etc. Le logiciel agrège les informations de plusieurs sites comme Yelp, CityGrid et Parkopedia.

"Il faudra attendre trois ans avant de le voir directement intégré aux voitures"

L’idée est née au Japon en 2000. "A l’époque nous avions élaboré un poisson virtuel sur ordinateur, et nous avons utilisé notre savoir-faire pour créer la plate-forme Netpeople", raconte le dirigeant. L’entreprise est ensuite rapatriée au Canada, mais conserve des liens forts avec le Japon. Son système équipe les ordinateurs NEC. Il est aussi disponible depuis 2012 chez certains modèles Toyota via une application smartphone. iNAGO vient de lancer la commercialisation de Netpeople en Amérique du nord. "Il faudra attendre trois ans à cinq ans avant de le voir directement intégré à un véhicule sans passer par une application", reconnait Ron DiCarlantonio.

Ce qui n’empêche pas le jeune patron d’imaginer toutes sortes de fonctions possibles pour l’automobile. "Le logiciel sera capable d'identifier un problème technique, et proposera au conducteur de prendre rendez-vous chez le garagiste. Il pourrait aussi avoir le rôle de manuel, on lui demanderait par exemple : comment je règle mon siège ?"

Mais a-t-on réellement envie d’avoir une conversation avec sa voiture ? Avons-nous besoin qu’elle nous demande systématiquement notre destination ou nous indique à voix haute la réception d’un e-mail ? Peut-être pas. Ron DiCarlantonio a déjà la réponse à ces interrogations. "Nous sommes en train de faire évoluer le logiciel, dans la prochaine version il sera capable d’adapter ses services au contexte extérieur. Par exemple si vous vous trouvez sur l’autoroute au milieu d’un accident, l’assistant vocal ne vous dérangera pas pour vous dire que vous avez reçu un e-mail."

Marine Protais

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte