Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Vols de drones illicites : le coup de gueule du nouveau patron de la fédération

Olivier James , , , ,

Publié le

Face à la multiplication des vols de drones illicites, Stéphane Morelli, le nouveau président de la Fédération professionnelle du drone civil somme les constructeurs de réagir. Il estime que la nouvelle réglementation devrait les obliger à mettre au point des parades préventives.

Vols de drones illicites : le coup de gueule du nouveau patron de la fédération
Stéphane Morelli, président de la Fédération professionnelle du drone civil
© DR

"Oui, assurément, les constructeurs sont en partie responsables des vols de drones illicites !" Stéphane Morelli, qui n’a endossé ses nouvelles fonctions de président de la Fédération professionnelle du drone civil que depuis la mi-janvier, pousse un coup de gueule assumé. Interrogé sur les conséquences pour la filière de la multiplication des vols de drones illicites, il appelle à la mise en place rapide de solutions préventives.

"Il faut que ça change, s’alarme-t-il. Il est absolument impensable que l’on continue à alimenter ces vols en vendant des milliers de drones à des générations d’irresponsables potentiels, intentionnels ou non". Les multiples vols au-dessus des centrales nucléaires et de Paris sont passés par là, qui écornent le professionnalisme d’une filière en plein essor. "Il devrait y avoir, non pas une incitation, mais une obligation pour que les constructeurs fassent le nécessaire, qu’ils soient responsables", assène Stéphane Morelli.

Des outils pédagogiques et technologiques

Premier levier à actionner selon le président de la fédération, également fondateur de l’opérateur Azur Drones : la pédagogie. "En décembre dernier, nous avons mené des travaux avec la DGAC qui ont abouti à la rédaction d‘une brochure listant les dix commandements du drone. Sa diffusion a commencé mais elle n’a malheureusement pas encore été intégrée dans toutes les boîtes vendues dans le commerce. La vente de drones doit être accompagnée d’éléments pédagogiques qui permettent aux utilisateurs de ne pas faire n’importe quoi".

Conscient que la seule information ne résoudra pas tout le problème, Stéphane Morelli milite pour la mise au point dès que possible de parades technologiques. "Des mesures doivent être prises pour brider les machines et les empêcher d’aller là où elle ne devraient pas être, affirme le président de la fédération. L’une des solutions pourrait être le 'geo fencing', qui consiste via un logiciel embarqué, à définir des zones interdites pour les drones, délimitées par des barrières virtuelles".

"Les deux démarches, pédagogiques et technologiques, sont indissociables et complémentaires, résume Stéphane Morelli. Et les constructeurs doivent agir rapidement sur ces deux volets." Le président de la Fédération du drone civil sait que la filière marche sur un fil : la nouvelle mouture de la réglementation, prévue pour le courant de l’année, doit à la fois réduire les vols illicites et in fine les risques d’incidents, mais aussi permettre aux professionnels de développer leurs activités. Un exercice d’équilibriste qui s'annonce de longue haleine.

Olivier James

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle