Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Volkswagen veut renouer avec les bénéfices dès 2016

Frédéric Parisot ,

Publié le

Volkswagen plie, mais ne rompt pas. Le groupe allemand présentait ce jeudi 28 avril ses résultats 2015. Malgré le dieselgate, Matthias Müller, le président du directoire, reste confiant. 

Volkswagen veut renouer avec les bénéfices dès 2016
logos vw
© Guittet Pascal Guittet Pascal

2015 aura creusé les comptes du groupe Volkswagen, mais pas de quoi faire trembler sa solidité financière. "Cette crise ne nous immobilisera pas" a  affirmé le président du directoire Matthias Müller à l’occasion de la présentation des résultats 2015, ce jeudi 28 avril à Wolfsburg en Allemagne.

Le constructeur allemand envisage d’ailleurs de retrouver la rentabilité dès 2016. En effet, malgré des pertes financières exceptionnelles de 16,9 milliards d’euros dues au dieselgate et à des travaux de restructuration, le groupe conserve une trésorerie positive.

Volkswagen AG a enregistré en 2015 un chiffre d’affaires de 213,3 milliards d’euros, en progression de 5,4 % par rapport à 2014. Le groupe a vendu 9,9 million de véhicules, un chiffre en baisse de 2% par rapport à l’an dernier, mais qui est compensé par des taux de

Volkswagen provisionne 16,9 milliards 
Dans le détail, le constructeur allemand a prévu 7,8 milliards de frais techniques, pour gérer les rappels et les éventuels rachats de véhicules dans tous les pays. 7 milliards sont prévus pour couvrir les frais juridiques liés aux procès engagés dans différents pays, et 1,4 milliard pour couvrir d’éventuels frais annexes. A ces 16,2 milliards prévus pour gérer l’affaire des moteurs truqués, s’ajoutent des pertes exceptionnelles de 700 millions d’euros en 2015. Une somme qui correspond à des dépenses de réorganisation (200 millions d’euros dans la zone Amérique latine et 200 millions dans la division Poids lourds) et à une provision de 300 millions d’euros pour l’éventuel remplacement des airbags Takata défectueux.
Les audits sont toujours en cours au sein du groupe Volkswagen pour faire toute la lumière sur le dieselgate, et le cabinet Jones Day qui a été mandaté aux États-Unis devrait rendre ses conclusions à la fin de l’année. Mais Matthias Müller reste confiant dans les estimations du conseil d’administration. "Nous pensons que cette somme de 16,2 milliards devrait s’avérer suffisante",indique-t-il, sous-entendant que les conséquences du dieselgate ne devraient pas peser sur les comptes 2016.
change favorables et un record de gains enregistré par la division Services financiers.

Lire aussi notre dossier : Volkswagen, Das Skandal 

Le résultat du groupe, avant éléments exceptionnels, s’élève à 12,8 milliards, un chiffre identique à l’année précédente.

La provision de 16,9 milliards fait passer le résultat net après impôt en négatif, à -1,4 milliard d’euros. 

Mais ces provisions inscrites au bilan fiscal 2015 ne sont pas encore sorties des comptes du groupe, et Volkswagen voit sa disponibilité de trésorerie augmenter, de 17,6 milliards fin 2014 à 24,6 milliards fin 2015. Un trésor de guerre qui lui permettra d’encaisser les conséquences du dieselgate sans toutefois passer dans le rouge.

"Les disponibilités ont augmenté malgré un résultat en repli, et la robustesse financier du groupe n’est pas entamée", se félicite son directeur financier Frank Witter. C’est ce qui permet au groupe d’annoncer le paiement d’un dividende de 0,11 euro par action.

L'enquête continue

Concernant l’affaire des moteurs truqués de Volkswagen, il faudra encore patienter jusqu’à fin 2016 pour que toute la lumière soit faite. La présentation des résultats 2015 du groupe avaient déjà été reportée de mars à avril, le temps nécessaire pour qu’un accord soit signé avec les autorités américaines. C'est fait depuis le 20 avril. Mais il est assorti d’un accord de confidentialité qui empêche les dirigeants de Volkswagen de répondre aux nombreuses questions qui se posent, notamment sur l’avenir des véhicules qui seront rachetés aux clients américains.

Le cabinet Jones Day, qui a été mandaté par le conseil de surveillance de Volkswagen, devrait dévoiler les résultats de son enquête externe au dernier trimestre 2016.

Reste que pour les campagnes de rappels, "nous n’avons toujours pas trouvé la solution définitive pour la mise à niveau de la Passat, à indiqué Matthias Müller, et nous étudions avec les autorités allemandes la possibilité de modifier notre calendrier de rappels, pour peut-être commencer par la Golf ", indique l'entreprise. 

Si ces campagnes de rappels concerneront aussi les vehicules francais, rien à attendre dans l’Hexagone du côté pénal. Le Tribunal de grande instance de Soissons à déclaré non recevables les premières plaintes déposées par des particuliers qui demandaient un remplacement de leur véhicule équipé du logiciel fraudeur.

Si à l’époque de la vente de ces véhicules les mesures d’émissions avaient une valeur contractuelle aux États-Unis, ce n’était pas le cas en Europe. Malgré la campagne de rappels organisée par Volkswagen pour redorer son image, l’homologation délivrée à l’époque n’est pas remise en cause.

A Wolfsburg, Frédéric Parisot

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle