Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Volkswagen va devoir accélérer dans la voiture électrique, dit son patron

, , , ,

Publié le , mis à jour le 19/12/2018 À 07H59

Le patron de Volkswagen réagit aux nouveaux objectifs européens de réduction des émissions polluantes dans l'automobile. Le 18 décembre, Herbert Diess, président du directoire du constructeur allemand, a expliqué que Volkswagen serait contrait d'accélérer ses projets dans le véhicule électrique. Il a évoqué la nécessité d'un "ajustement important des structures de nos usines".

Volkswagen va devoir accélérer dans la voiture électrique, dit son patron
Le patron de Volkswagen réagit aux nouveaux objectifs européens de réduction des émissions polluantes dans l'automobile. (Image d'archive)
© Volkswagen

Volkswagen pourrait être contraint de donner un coup d'accélérateur à son projet de production en série de véhicules électriques afin de respecter les objectifs européens de réduction des émissions polluantes dans l'automobile, plus élevés que ne l'anticipait le groupe allemand, a déclaré le mardi 18 décembre son président du directoire.

Les États membres de l'Union européenne et le Parlement européen se sont mis d'accord le lundi 17 décembre sur un objectif de réduction de 37,5% des émissions de dioxyde de carbone (CO²) des voitures de tourisme d'ici 2030, malgré des divergences sur le sujet. L'Allemagne, premier marché automobile européen, avait notamment averti que des objectifs trop stricts et un virage trop brutal vers la voiture électrique risqueraient de pénaliser son économie et de supprimer des emplois.

Volkswagen va consacrer 30 milliards d'euros à la réduction de ses émissions

Cet objectif est supérieur aux 30% que prévoyait Volkswagen et cela se traduira pour le constructeur par la nécessité de porter à plus de 40% la part des véhicules électriques dans ses ventes totales à cet horizon, a dit Herbert Diess.

"Cela signifie que le programme prévu de restructuration, indispensable pour faire face à ce changement systémique, n'est toujours pas suffisant", a-t-il ajouté.

Volkswagen a prévu jusqu'à présent de consacrer environ 30 milliards d'euros sur les cinq prochaines années à la réduction de 30% de ses émissions de CO² en modifiant son outil de production pour l'adapter aux véhicules électriques.

"C'est un gros effort"

Peter Altmaier, le ministre allemand de l'Économie, estime que les nouveaux objectifs sont à la limite de ce qui est techniquement et économiquement réalisable. Environ 436 000 emplois industriels en Allemagne sont liés à la construction de véhicules à moteur thermique.

"C'est un gros effort et dans la partie haute des anticipations. Nous sommes cependant convaincus que cela contribuera en fin de compte à ce que le secteur accepte finalement que les plates-formes et les moteurs à combustion doivent être standardisés", écrivent les analystes d'Evercore ISI.

Un changement de stratégie nécessaire

Les objectifs plus stricts de l'UE impliquent de revoir cette stratégie, a dit Hubert Diess dans des déclarations transmises par courriel. "Une restructuration de notre gamme de produits, possiblement une nouvelle réduction de notre offre basée sur les moteurs à combustion et un ajustement important des structures de nos usines, ainsi que des usines de cellules et de batteries supplémentaires seront nécessaires", a-t-il déclaré. Les projets de Volkswagen seront examinés à l'automne 2019, conformément au calendrier prévu, a-t-il ajouté.

L'entreprise prévoit de dépenser d'ici 2023 près de 44 milliards d'euros dans le développement de voitures électriques, dans les véhicules autonomes et dans les nouveaux services de mobilité, afin de devenir le constructeur automobile le plus rentable sur ce segment.

Ses concurrents BMW et Daimler ont refusé de commenter les nouveaux objectifs de l'UE. La fédération allemande des industriels de l'automobile, VDA, a jugé les objectifs européens trop élevés et a dénoncé l'absence d'indications sur les moyens de les atteindre.

Avec Reuters (Tassilo Hummel, Christoph Steitz et Irene Preisinger; Claude Chendjou pour le service français, édité par Bertrand Boucey)

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle