Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Volkswagen n'arrive pas (encore) à s'entendre avec les producteurs de cobalt

, , , ,

Publié le , mis à jour le 28/11/2017 À 07H14

Infos Reuters Des réunions organisées la semaine dernière entre de grands producteurs de cobalt, dont le numéro mondial Glencore, et Volkswagen sur la fourniture au constructeur allemand du matériau nécessaire à la fabrication de batteries pour voitures électriques se sont conclues sans accord.

Volkswagen n'arrive pas (encore) à s'entendre avec les producteurs de cobalt
Une mine de cobalt, un matériau nécessaire à la fabrication de batteries pour voitures électriques.
© Katanga Mining

Volkswagen s'efforce de trouver des approvisionnements pérennes en cobalt pour son ambitieux programme de véhicules électriques et de services à la mobilité, dans lequel il compte investir 34 milliards d'euros d'ici 2022. Le constructeur a donc entamé depuis quelques semaines déjà des négociations pour sécuriser d’ici à la fin de l’année 2017 des contrats à long terme (2019-2029) d’achat de cobalt. Mais ces négociations n'ont pas encore abouti.

"Nous avons demandé différentes options pour une garantie de la part du secteur des matières premières dans le contexte d'un appel d'offres (...) Nous avons déjà eu des discussions constructives ave des fournisseurs bien connus et nous allons poursuivre ces (discussions)", a dit un porte-parole de Volkswagen. "Au-delà des quantités et des coûts, les autres sujets abordés dans les discussions concernent un futur accroissement des capacités, la pérennité et la transparence", a-t-il ajouté.

Volkswagen veut à la fois couvrir son risque de prix (sur un total d’environ 50 milliards d’euros) et pouvoir réduire la voilure en cas de rupture technologique. Il s’engagerait donc sur un nombre de batteries, et non sur un tonnage de cobalt. Devenu prudent sur son risque d’image, Volkswagen a également des exigences éthiques : son cobalt ne devra pas être extrait par des enfants.

Le prix du cobalt s'envole

Les discussions mercredi et jeudi derniers se sont déroulées à Wolfsburg, siège de Volkswagen, avec le géant minier Glencore, le chinois Huayou Cobalt, le négociant en matières premières Traxys, l'américain Freeport-McMoran et Eurasian Resources Group (ERG). Ce dernier a confirmé sa participation à une réunion. Glencore a refusé de s'exprimer sur le sujet. Huayou, Traxys et Freeport n'étaient pas joignables dans l'immédiat.

"Ils réclament des prix inférieurs au marché, ils ont beaucoup à apprendre sur le cobalt", a dit une source. "Nous ne sommes pas entrés dans le détail du tonnage qu'il leur faudrait." L'essor attendu du marché des véhicules électriques à travers le monde a contribué à la hausse des cours du cobalt. Le cobalt se traite à près de 30 dollars la livre ce lundi, à des plus hauts depuis octobre 2008, alors qu'il était encore sous 10 dollars en décembre 2015.

Les discussions entre Volkswagen et les producteurs devraient reprendre l'an prochain, ont dit les sources.

Pour Reuters, Pratima Desai, avec Andreas Cremer, Tom Daly et Nicole Mordant; Bertrand Boucey pour le service français, édité par Véronique Tison

Réagir à cet article

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus