Volkswagen envisage des mesures contre son ancien président Ferdinand Piëch

BERLIN (Reuters) - Volkswagen a fait savoir qu'il étudiait des mesures à l'encontre de son ex-président du directoire Ferdinand Piëch. Cette décision fait suite aux informations suivant lesquelles il avait accusé des membres du conseil de n'avoir pas réagi au scandale des tests d'émissions polluantes aux Etats-Unis.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Volkswagen envisage des mesures contre son ancien président Ferdinand Piëch
Volkswagen a fait savoir qu"il étudiait des mesures à l"encontre de son ex-président du directoire Ferdinand Piëch (photo) à la suite d"informations suivant lesquelles il avait accusé des membres du conseil de n"avoir pas réagi au scandale des tests d"émissions polluantes aux Etats-Unis.

"Le conseil de surveillance de Volkswagen AG réfute avec énergie les affirmations de Ferdinand Piëch telles qu'elles ont été récemment rapportées par des médias", déclare le conseil dans un communiqué. "Le directoire étudiera attentivement la possibilité de mesures et de plaintes à l'encontre de M. Piëch", ajoute-t-il, ajoutant que, par principe, VW ne fera aucun commentaire sur les démarches en cours.

Le Bild am Sonntag écrit que Piëch avait soulevé la question en mars 2015 avec Martin Winterkorn, le président du directoire de l'époque, et des membres du comité directeur du conseil de surveillance, soit six mois avant que le scandale ne soit rendu public, à la suite d'une information donnée par une société de sécurité israélienne.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Winterkorn lui avait affirmé qu'il avait la situation bien en main, ont rapporté le Bild am Sonntag et Der Spiegel.

Le constructeur de Wolfsburg avait reconnu, en septembre 2015, avoir installé des logiciels permettant de fausser les tests d'émissions polluantes aux Etats-Unis, ce qui avait eu pour effet de faire chuter son action, de provoquer la démission de Winterkorn et de lui coûter des milliards d'euros en amendes et frais de justice.

Au mois d'avril précédent, Piëch avait fait savoir, sans autre précision, qu'il "prenait ses distances" vis-à-vis de Winterkorn. Ce dernier avait reçu le soutien de plusieurs responsables du groupe au point que Piëch avait du démissionner.

Non respect du "pacte d'avenir" ?

Par ailleurs, le comité d'entreprise a accusé les dirigeants du premier constructeur automobile européen de ne pas respecter leurs engagements dans le cadre d'un accord de baisse des coûts, ce qui pourrait annoncer des tensions en interne.

Dans une lettre au directeur de la marque VW Herbert Diess, à laquelle Reuters à eu accès, les dirigeants syndicaux disent que lui-même et le directeur des ressources humaines Karlheinz Blessing n'ont pas respecté les termes du "pacte pour l'avenir" signé en novembre, en écartant toute embauche au premier semestre 2017 et en réduisant l'intérim plus rapidement et plus énergiquement que ce qui avait été convenu.

"Le directoire (...) sape les termes du pacte pour l'avenir", disent les syndicats dans la lettre envoyée mardi.

Direction et syndicats ont signé un accord prévoyant de supprimer 30.000 emplois dans le monde au sein de VW afin de réaliser 3,7 milliards d'euros d'économies par an d'ici à 2020 en échange de la promesse d'éviter les licenciements secs d'ici à 2025.

VW a déclaré mercredi que ce pacte serait appliqué mais qu'il y aurait probablement des tensions.

L'action Volkswagen a perdu 1,37% mercredi, à 139 euros, alors que l'indice de l'automobile en Europe était stable.

Pour Reuters,Georgina Prodhan et Andreas Cremer, Juliette Rouillon et Wilfrid Exbrayat pour le service français

Partager

NEWSLETTER Auto et Mobilités
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS