Volkswagen aurait conçu plusieurs versions du logiciel de trucage

Volkswagen a conçu plusieurs versions du logiciel installé sur des véhicules diesel permettant de truquer les tests anti-pollution, selon trois sources proches du dossier, ce qui pourrait suggérer un système de fraude complexe.

Partager


Crédits Volkswagen

Pendant les sept années de manipulation reconnue des tests, VW a modifié son logiciel de fraude pour l'adapter à quatre types de moteurs différents, ont précisé plusieurs sources à Reuters, dont un directeur chez VW et un responsable de l'administration américaine proche de l'enquête menée auprès du groupe.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Les porte-paroles de VW en Europe et aux Etats-Unis ont refusé de commenter cette information selon laquelle plusieurs dispositifs de trucage ont été créé, évoquant les enquêtes en cours du groupe et des autorités des deux côtés de l'Atlantique.

A la question de savoir combien de personnes auraient pu avoir connaissance de ce système de fraude, un porte-parole au siège du premier constructeur automobile, à Wolfsburg en Allemagne, explique : "Nous travaillons intensément pour savoir qui savait et quand mais il est beaucoup trop tôt pour le dire."

Certains experts et analystes du secteur notent que l'existence de plusieurs dispositifs de trucage, si elle est confirmée, laisserait entrevoir la possibilité que plusieurs catégories de salariés aient été impliquées. Les informaticiens auraient eu régulièrement besoin de financement, et aussi de connaître les programmes de construction de moteurs, disent-ils.

le montant de l'amende en dépend

Le nombre de personnes impliquées est une question essentielle car elle pourrait avoir une influence sur le montant des éventuelles amendes ainsi que sur l'ampleur des changements à opérer à la direction du groupe, souligne Arndt Ellinghorst, analyste au cabinet de conseil bancaire Evercore ISI.

VW a reconnu publiquement en septembre avoir utilisé un logiciel permettant de repérer lorsqu'un véhicule diesel faisait l'objet d'un test afin de réduire momentanément les émissions.

Le scandale a effacé environ un quart de la capitalisation boursière du premier constructeur automobile européen et obligé son président du directoire, Martin Winterkorn, à démissionner tout en poussant son nouveau patron Matthias Müller à évoquer la possibilité d'une baisse "massive" des effectifs.

VW a annoncé samedi envisager une réduction du nombre de ses emplois temporaires dans le cadre d'efforts financiers destinés à pallier les coûts engendrés par le scandale..

un plan d'aide pour 6000 intérimaires

Le gouvernement allemand examine de son côté la possibilité de faire bénéficier 6 000 intérimaires de Volkswagen d'un programme public de protection de l'emploi, rapporte le journal Bild samedi 17 octobre, citant des sources gouvernementales.

Le programme prévoit un mécanisme de préservation des emplois par une réduction du temps de travail lorsque l'activité d'une entreprise diminue, le gouvernement compensant les pertes de revenus induites.

L'idée a déjà été avancée par le ministre du Travail Sigmar Gabriel mais le Bureau fédéral du travail s'y est opposé.

Volkswagen a annoncé mardi qu'il entendait réduire d'un milliard de dollars par an un plan d'investissement dans sa principale division.
Certains analystes estiment que le scandale pourrait coûter au groupe allemand jusqu'à 35 milliards de dollars en remises aux normes, amendes et procès.

Reuters

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUR LE MÊME SUJET
NEWSLETTER Auto et Mobilités
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS