Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Vol-V inaugure une nouvelle usine de biométhane à Quimper pour 10 millions d'euros

, ,

Publié le

Vendredi 10 mars, l'entreprise Vol-V inaugure sa nouvelle usine de production de biométhane, qui pourra traiter 30 000 tonnes de déchets par an. Située à Quimper (Finistère), elle a nécessité un investissement de 10 millions d'euros.

Vol-V inaugure une nouvelle usine de biométhane à Quimper pour 10 millions d'euros
L'usine de méthanisation Méthavos de Sarreguemines (Moselle) exploite elle aussi les déchets pour produire du biogaz.
© Sydème

La société Vol-V, basée à Montpellier (Hérault), inaugure le vendredi 10 mars à Quimper (Finistère) sa nouvelle usine de biométhane. 10 millions d'euros ont été investis dans cet équipement qui va produire du biogaz à partir de 30 000 tonnes de déchets par an, issus d'exploitations agricoles et d'entreprises de l'agroalimentaire de la région quimpéroise. La biométhanisation est un procédé naturel de dégradation des matières organiques transformées en biogaz qui peut être brûlé comme du gaz naturel. A Quimper, le biogaz produit sera injecté dans le réseau de GRDF. Le digestat issu de biométhaniseur sera épandu sur les terres agricoles comme engrais naturel.

Trois personnes font fonctionner le biométhaniseur installé à Quimper, plusieurs autres projets du même type sont en cours en Bretagne et en Picardie par Vol-V qui table sur 25 centrales installées en 2020. L'entreprise veut devenir le leader en France de la biométhanisation. Elle a réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires de 17 millions d'euros et emploie 50 salariés. Les projets de centrales de biométhane nécessitent entre cinq et six années pour aboutir compte-tenu des procédures administratives et des éventuels recours. Chaque projet réclame un investissement de l'ordre de 10 millions d'euros.

Stanislas Du Guerny

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

07/10/2017 - 22h35 -

quimper le 7 /10/ 2017 . C'est une catastrophe ,pour les riverains situés aux alentours ,nous subissons des odeurs nauséabondes depuis leur premiers chargements de déchets dans l'usine ...c 'est inadmissible ! nous ne pouvons plus ouvrir nos fenêtres d'habitation ,nous ne pouvons plus profiter de notre jardin , ou encore étendre le linge ,ou boire un café ou faire un barbecue sur la terrasse,des que les odeurs se diffusent ,en fonction des vents ,des effluents gazeux peuvent s échapper et incommoder le voisinage proche .Odeurs d 'œufs pourris ,odeurs de souffre ,de charognes pourries ,La nature des gaz émis peut présenter un danger pour la santé ...Voilà ce que de nombreux riverains subissent depuis plusieurs mois !Comment peut t-on laisser ouvrir un truc pareil auprès de nombreuses habitation ,c est scandaleux et inadmissible Tous biens immobiliers aux alentours proches est invendable ...Des fois,ça ne sent pas pendant quatre à cinq jours.D'autres fois ,ça sent jour et nuit .
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus