Voitures autonomes : l’irruption des géants des puces d’IA dans un marché en pleine croissance

L’automobile est le prochain « centre de gravité » de la révolution de l’intelligence artificielle. Voilà la vision développée par le le cabinet français spécialiste des semi-conducteurs Yole Développement dans une étude publiée le 23 mars dernier. La diffusion rapide de systèmes d’aide à la conduite toujours plus sophistiqués dope les besoins en puces dédiées à l'IA.

Partager
Voitures autonomes : l’irruption des géants des puces d’IA dans un marché en pleine croissance

L’intelligence artificielle bouleverse l’industrie automobile. Et la réciproque est en passe de se vérifier. Le constat effectué par Yole Développement peut ne pas surprendre. Mais il est difficile de ne pas être impressionné par l’ampleur et la rapidité de ce bouleversement exposé dans la dernière étude du consultant spécialiste des semi-conducteurs, menée en partenariat avec System Plus Consulting et publiée le 23 mars.

« D’ici 2027, l’intégralité des voitures produites seront équipées d’un système d’aide à la conduite (ADAS), contre 65% des voitures en 2021 et 21% cinq ans plus tôt », commence Pierre Cambou, analyste principal de l’étude, baptisée « Automotive industry : a massive AI-powered transformation is ongoing ». Les conséquences sur le parc automobile sont à la mesure de cette progression : si seulement 12,3% des 1 300 millions de voitures aujourd’hui en circulation intègrent un ADAS, ce chiffre devrait atteindre les 49% d’ici 2030, sur un parc total estimé à 1 800 millions de voitures.

2021-2027 : une croissance annuelle de 12,1% pour les technologies d’ADAS

De plus, les nouveaux véhicules mis sur le marché dans le futur devraient hausser petit à petit leur niveau d’autonomie, marquant la transformation depuis les systèmes ADAS (niveaux 1, 2 et 2+) vers les systèmes de conduite semi-autonome (à partir du niveau 3). « Si l’on prend la catégorie des aides à la conduite, par exemple, nous sommes passés de la simple aide au maintien dans la voie, à laquelle s’est ajoutée la lecture de panneaux, et, plus récemment, l’aide au freinage d’urgence (AEB) avec détection de piétons. Aujourd’hui, on développe des fonctions d’autopilote sur autoroutes. Chacune de ces technologies demande des capteurs de plus en plus complexes et toujours plus de puissance de calcul », détaille Pierrick Boulay, analyste spécialisé dans les capteurs de lumière chez Yole.

Yole prévoit que les systèmes ADAS intégrés dans les nouveaux véhicules se perfectionnent toujours davantage jusqu’en 2050. @ Yole Développement

Ce faisant, Yole estime que le marché des capteurs et puces dédiés à l’ADAS et à la conduite autonome devrait connaître une croissance de 12,1% par an entre 2021 et 2027 (en taux de croissance annuel composé, ou CAGR). « Si l’on suit la courbe en S d’adoption des nouvelles technologies, bien connue des analyses de marché, cette croissance devrait quelque peu ralentir après 2027, mais quand on voit la course aux technologies toujours plus innovantes que se livrent les acteurs de l’ADAS, il n’est pas certain que ce ralentissement se produise car l’adoption de nouvelles technologies d’autonomie (AD) prendrons le relais », ajoute Pierre Cambou.

Avec cette évolution, les trois technologies qui tirent leur épingle du jeu dans le secteur de la voiture personnelle sont les caméras, les radars et les puces de calcul, remarque les analystes de Yole.

Yole prévoit que le marché des radars passera, entre 2021 et 2027, de 5,6 à 15,3 milliards de dollars et celui des caméras, de 4,6 à 8,9 milliards de dollars. @ Yole Développement

La caméra et le radar, les deux jambes de la croissance de l’ADAS

« Si vous écoutez Amnon Shashua, PDG de Mobileye ou Elon Musk, le patron de Tesla, ils ne jurent que par la caméra, indique Pierre Cambou. De notre côté, nous estimons que les systèmes d’ADAS du futur reposeront fortement sur le couple caméras-radars. »

La croissance du marché des caméras destinées aux systèmes ADAS vient notamment du fait que les véhicules devraient en intégrer de plus en plus à mesure que les systèmes se perfectionnent, d’après les estimations de Yole. @ Yole Développement

Une autre catégorie de capteurs, les lidars, sera de plus en plus utilisée dans un cas très particulier, les robots-taxis, que Pierre Cambou distingue fortement du marché des ADAS, puisque « ce sont des véhicules beaucoup plus chers », mais beaucoup moins nombreux. « Dans l’ADAS, les lidars seront certes utilisés, mais de manière marginale, pour assurer une redondance avec les autres capteurs, et ce seront principalement des lidars bon marché », projette l’analyste.

Si tous ces capteurs ont besoin de toujours plus de puissance de calcul à mesure qu’ils s’accumulent et se perfectionnent, c’est surtout l’utilisation d’algorithmes d’intelligence artificielle, utilisés pour rendre les véhicules plus autonomes, qui devrait doper la demande croissante en puces, d’après Yole.

Par conséquent, si les fabricants de caméra (l’américain ON Semiconductor, le chinois Omnivision, le français STMicroelectronics, le sud-coréen Samsung ou encore le japonais Sony) et de radars (dominés par des européens comme NXP et STMIcroelectronics) devraient conserver leur leadership, « il y a beaucoup de mouvements dans le marché des puces pour la voiture autonome », assure Pierre Cambou.

Une lutte de pouvoir dans le marché des puces d’IA pour le véhicule autonome

Dans ce domaine, le pari d’Intel de racheter l’israélienne Mobileye pour 15 milliards de dollars en 2017, après qu’un accident de Tesla ait calmé les ardeurs du secteur en 2015, « s’est avéré gagnant aujourd’hui », indique l’analyste. En effet, l’entreprise représente aujourd’hui 60% du marché, a enregistré un chiffre d’affaires d’1,4 millions de dollars en 2021 et, en préparation d’une entrée en bourse en 2022, est valorisée à 50 milliards de dollars.

Mais elle devrait avoir fort à faire, puisque le géant américain AMD vient de racheter Xilinx, également présent sur le marché, que Toshiba et Texas Instruments restent dans la course et, surtout, que quelques nouveaux venus comptent « s’imposer, comme l’américain Ambarella ou plusieurs chinois, comme Horizon Robotics », poursuit Pierre Cambou.

Une « lutte de pouvoir » que les géants américains des puces pour l’IA, tels que Nvidia ou Qualcomm, « idéalement positionnés », d’après l’analyste de Yole, sont aussi en train de rejoindre. Qualcomm vient, par exemple, de racheter Veonir, un fournisseur de rang 1 suédois, avec qui il a lancé une co-entreprise dans le domaine, nommée Arriver. « Là, on parle des puces des géants du domaine, fabriquées par des sociétés leaders d’un marché des semi-conducteurs qui a généré 550 milliards de dollars en 2021, contre 5 milliards pour celui de l’ADAS », rappelle Pierre Cambou. Un intérêt qui fait dire à l’expert que la voiture autonome sera « le prochain centre de gravité de la révolution de l’IA ».

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'hebdo de la techno

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles clés de l'innovation technologique

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

La renaissance des montres Kelton

La renaissance des montres Kelton

Le designer Vincent Bergerat donne une nouvelle vie aux montres Kelton. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il explique au micro de Christophe Bys comment il innove et recrée l'identité...

Écouter cet épisode

Connecter start-up et grands groupes

Connecter start-up et grands groupes

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Thomas Ollivier, fondateur du Maif Start-up Club, répond aux questions de Christophe Bys. 

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Chargé d'Affaires Conformité Machines (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 23/06/2022 - CDI - Aix en Provence

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

33 - Ste Foy la Grande

Remplacement du système sécurité incendie du collège Elie Faure

DATE DE REPONSE 01/01/1970

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS