Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Voiture connectée, quel modèle économique ?

Pauline Ducamp , , , ,

Publié le

Vidéo Si tous les constructeurs présentent une voiture connectée, sa définition varie beaucoup selon qu’elle est donnée par Chevrolet, Ford ou Renault. A quelques heures de la clôture du Mondial de l'automobile à Paris, zoom sur le véhicule connecté.

Voiture connectée, quel modèle économique ? © Renault Presse

La voiture comme troisième ou quatrième écran du foyer, c’est la tendance exposée sur le Mondial par la plupart des constructeurs. Après la gamme premium, la voiture connectée se démocratise. Renault, Peugeot mais aussi Opel présentent sur le salon des offres mêlant tablette et store en ligne. "C’est une demande des clients. Ils veulent retrouver ce type d’appareils dans la voiture, explique Rémi Cornubert, partner en charge de l’automobile chez Oliver Wyman. Comme la congestion urbaine augmente, les conducteurs ont besoin d’être connectés, de pouvoir envoyer un mail ou télécharger de la musique en attendant". Mais comme pour un smartphone, toutes les potentialités et toutes les offres ne se valent pas.

Gratuité

Les Américains ont opté pour une approche très simple. Dans une Ford Mondéo comme dans un Chevrolet Trax, le véhicule possède une plateforme hardware (un écran tactile) et software, qui va se connecter en Bluetooth ou via un câble USB au smartphone.

Chevrolet a choisi une base Linux pour facilement mettre à jour son offre. "Les clients n’ont pas besoin d’acheter un système. Le contenu de leur smartphone est téléchargé, qu’il soit estampillé Apple ou Android", explique Vijay Iyer, directeur de la communication chez Chevrolet Europe. Une fois le véhicule et la plateforme de serviacquis, l’utilisation des services est gratuite car la connexion s’effectue via le smartphone.

Ford mise également beaucoup sur la reconnaissance vocale. La marque à l’ovale bleu a demandé à Nuance, spécialiste du secteur, de concevoir cette fonction très réactive. Le conducteur presse un bouton et effectue sa demande, par exemple : "J’ai faim". Sur l’écran tactile apparaît la liste des restaurants à proximité. Toujours via le smartphone connecté avec le véhicule, les autres passagers pourront connecter en wi-fi leurs propres smartphones ou tablettes. Et là encore, le service est gratuit.

Chez Renault, l’offre R-Link adopte une autre philosophie. Le constructeur français propose dans la voiture une plateforme hardware et software, qui se connecte en ‘Edge’ via une carte sim. Une fois le véhicule acheté, le conducteur se voit proposer différents packs d’applications autour du système de navigation Tom-Tom Live, de Coyote ou d’offre d’entertainment. Il peut les télécharger via un store, moyennant 60 à 100 euros par pack.

Super souris

"La voiture est connectée même sans smartphone, explique Patrick Vergelas, directeur des projets transversaux chez Renault. Le véhicule n’est pas là pour remplacer le téléphone, il doit proposer une vraie richesse d’informations utiles dans le monde automobile". Le conducteur peut faire remonter sa musique, ses e-mails ou sms sur l’écran depuis son smartphone, mais pas l’ensemble de ses applications. Renault compte également contrôler les fonctions mises en vente sur son store.

"L’automobile est une super souris", résume Marc Duval-Destin, directeur de la recherche et de l’ingéniérie avancée chez PSA. Le système est ici basé sur Linux et PSA veut attirer les développeurs et start-up, pour développer le catalogue Peugeot Connect Apps. "A partir du software, une partie des applications sont générées par des développeurs référencés. Puis il reste une zone de développement,  où nous pourrons conclure des accords particuliers avec des développeurs", précise Marc Duval-Destin.

Aux Etats-Unis, quatre millions de véhicules sont équipés aux Etats-Unis du système Ford My Link. Renault commercialisera dans les prochains mois l’offre R-Link sur la Clio 4 et la ZOE. Peugeot lancera son propre système fin novembre.

Pauline Ducamp, et Elodie Vallerey pour la vidéo

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle