Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Voici les quatre opérateurs qui auront la lourde tâche de succéder à Autolib' à Paris

Simon Chodorge , , ,

Publié le

Au revoir Autolib', bonjour Mobilib'. Le 6 mai, la Ville de Paris a désigné les opérateurs de son service d'autopartage officiel. Ada, Communauto, Drivy et Ubeeqo auront pour dure mission de relancer l'offre orpheline depuis le retrait des Blue Cars de Bolloré. Quelques caractéristiques de Mobilib' gênent déjà. Comme le retour des véhicules thermiques dans la flotte et l'autopartage en boucle.

Voici les quatre opérateurs qui auront la lourde tâche de succéder à Autolib' à Paris
Ubeeqo est le principal bénéficiaire de l'appel d'offres pour le nouveau service d’autopartage officiel de Paris.
© Ubeeqo

Lundi 6 mai, le marché de Mobilib’ a été attribué par la Ville de Paris. Quatre entreprises ont été sélectionnées pour opérer le nouveau service d’autopartage officiel de la capitale française : Ada, Communauto, Drivy et Ubeeqo. Les premiers déploiements sont prévus dès le mois de mai. Les sociétés, toutes dans le secteur de la location de voitures, auront la dure tâche de succéder à Autolib’. L’offre francilienne s’était arrêtée prématurément en juillet 2018 à la suite d’un litige entre le groupe Bolloré et le Syndicat Autolib' Vélib' Métropole (SAVM).

Ubeeqo, principal bénéficiaire

Ubeeqo, filiale du groupe français Europcar Mobility Group, est le principal bénéficiaire de l’appel d’offres. La start-up a remporté 851 places de stationnement sur un total de 1213. Elle a aussi gagné l’ensemble des 713 places dotées de bornes de recharge qui appartenait autrefois au service Autolib’. Le reste des bornes de recharge Autolib’ encore fonctionnelles, environ un millier, seront toujours accessibles au public selon des informations du Monde.

Les autres entreprises se partagent 362 places non équipées de bornes. Parmi elles : Ada (56 places), filiale du groupe français Rousselet qui possède également les taxis G7 ; Communauto (152 places), une entreprise canadienne ; la start-up française Drivy (154 places), rachetée en avril par l’Américain Getaround.

Ubeeqo souhaite déployer près de 1100 véhicules à Paris d’ici fin 2019. Une flotte qui ferait de l’entreprise le premier acteur de l’autopartage dans la capitale. Pour ordre de comparaison, environ 4000 Blue Cars étaient en service avant la fin d’Autolib’.

Au revoir l'autopartage 100% électrique

Les voitures Ubeeqo seront stationnées dans la rue ou dans des parkings souterrains. Elles seront “de toutes catégories, avec une forte composante de motorisations électriques et hybrides”, indique l’entreprise dans un communiqué. Selon Le Monde, 66% des voitures Ubeeqo seront des hybrides rechargeables, 20% des électriques et le reste des voitures thermiques. Une annonce qui peut décevoir dans la mesure où la mobilité exclusivement électrique était un des piliers du service Autolib’.

Autres aspects gênants de l’offre : les utilisateurs devront restituer le véhicule à la station d’origine (autopartage en boucle) et la durée minimale de location est d’une heure. Des règles qui devraient refroidir ceux qui prennent la voiture partagée pour aller au travail. Elles se justifient par le fait que d’autres entreprises proposent des offres en “free floating” où le conducteur peut choisir d’aller d’un point A à un point B : notamment PSA avec Free to Move, Daimler avec Car 2 Go ainsi que Renault et Ada avec Moov’in Paris. Un morcellement des offres qui fait craindre un manque de praticité et des flottes plus restreintes.

Un point pourrait tout de même rassurer les usagers. Les entreprises choisies ne sont pas vierges d’une expérience parisienne. Drivy est un spécialiste de l’autopartage et existe depuis 2010 avec un réseau de 170 villes et de six pays. Ubeeqo est présent dans la capitale depuis 2015 et comptait une flotte de 500 véhicules fin 2018. Communauto a eu des activités à Paris dès 2012 grâce au rachat de Mobizen à Veolia-Transdev. Fondée en 1984, l’entreprise de location Ada est installée depuis longtemps mais elle est arrivée plus récemment sur le marché du libre-service (en 2017). Espérons donc que la catastrophe industrielle du Vélib' ne se reproduise pas même si la transition du service Autolib' à Mobilib' est déjà loin d'être fluide.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle