Quotidien des Usines

Vogica placé en redressement judiciaire

, ,

Publié le

En difficultés depuis deux ans, le fabricant et distributeur de cuisines vosgien vient d’être placé en redressement judiciaire. Des problèmes de sous-traitance, provoquant des malfaçons et des retards dans les livraisons, ont accentué les difficultés du groupe...

Vogica placé en redressement judiciaire © Vogica

C’est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Déjà en difficultés depuis deux ans (des pertes de 34 millions d’euros en 2008 et 1,5 million en 2009), le distributeur et fabricant de cuisines VGC (marque Vogica) s’est déclaré en cessation de paiement le 23 septembre.
Le tribunal de commerce d'Evry (Essonne) l’a placé le 27 septembre en redressement judiciaire, avec poursuite d’activité, assortie d'une période d'observation de six mois. « La mise en redressement judicaire va nous permettre, avec le concours de l'administrateur judiciaire, d'envisager avec nos fournisseurs, les modalités d'une reprise normale de fonctionnement : production, transport, pose », indique le cuisiniste.

Des problèmes de livraison et de fabrication depuis six mois, liés au sous-traitant vosgien Nevelt, ont accentué les difficultés financières du groupe. Sur 58 millions d’euros de commandes effectuées depuis le début de l’année, l’équivalent de 4 millions d’euros a dû être annulé et remboursé à cause de retards ou de malfaçons. Ces problèmes sont venus aggraver une situation financière très fragile. Face à une concurrence de plus en plus dure, avec l’émergence de nouveaux acteurs à bas prix, comme Ikéa, le cuisiniste avait été contraint de restructurer ses activités il y a un an. 248 emplois avaient été supprimés dans sa filiale de fabrication Manuest, basé à Chatenois (Vosges). Cette dernière avait choisi de se concentrer sur la fabrication de cuisines en kit pour les enseignes Castorama et Brico Dépôt (groupe Kingfisher).

Vogica avait ensuite confié la fabrication de ses meubles sur mesure au fabricant Nevelt, quelques kilomètres plus loin. « Nevelt s'est avéré incapable d'absorber les volumes de Vogica », regrette William Ego, nommé pdg cette année. « Des retards se sont accumulés, qu'il n'a jamais rattrapés, ne livrant jamais la bonne qualité ou la bonne quantité », poursuit-il. Pour ne rien arranger, un sous-traitant spécialisé dans les plans de travail a lui aussi eu des difficultés à fournir.

VGC emploie 713 personnes et a réalisé 71 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2009, en baisse de 33 %.

Adrien Cahuzac



 
 

Réagir à cet article

2 commentaires

Nom profil

02/10/2010 - 01h44 -

Avons commandé des meubles dont la fabrication n'interviendra qu'au mois de mars 2011,est-il possible compte tenu de la situation d'annuler et de se faire rembourser?
Répondre au commentaire
Nom profil

29/09/2010 - 17h18 -

je suis en conflit avec vogica bordeaux depuis une commande avec acompte depuis le 25 mai 2010 toujours pas livré
les responsables racontent sans cesse des mensonges s ils ne modifient pas leur relations clientele ils ne sont pas prets de se relever de ce redressement juciaire
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte