Vivendi: Le fonds Bluebell demande à l'AMF d'enquêter sur la scission d'UMG

PARIS (Reuters) - Le fonds activiste Bluebell a demandé à l'Autorité des marchés financiers (AMF) d'examiner les informations communiquées par Vivendi lors de la scission de sa filiale Universal Music Group (UMG), estimant que le groupe de médias et de divertissement n'a pas révélé certains termes clés de l'opération à ses actionnaires.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Vivendi: Le fonds Bluebell demande à l'AMF d'enquêter sur la scission d'UMG
Le fonds activiste Bluebell a demandé à l'Autorité des marchés financiers (AMF) d'examiner les informations communiquées par Vivendi lors de la scission de sa filiale Universal Music Group (UMG), estimant que le groupe de médias et de divertissement n'a pas révélé certains termes clés de l'opération à ses actionnaires. /Photo prise le 22 avril 2021/REUTERS/Gonzalo Fuentes

Vivendi, contrôlé par Vincent Bolloré, veut tirer le maximum de la valeur d'UMG via un processus d'introduction en Bourse qui verra le groupe français distribuer 60% du capital de sa filiale à ses actionnaires actuels, qui doivent encore approuver l'opération.

Dans une lettre adressée à l'AMF, que Reuters a pu consulter, Bluebell s'interroge sur l'insistance de Vivendi à fusionner deux entités au sein d'UMG avant d'obtenir l'approbation de la scission dans son ensemble.

Le fonds, qui ne dévoile pas sa participation dans Vivendi, demande au gendarme boursier d'évaluer la situation et de "prendre les mesures correctives appropriées pour s'assurer que les actionnaires de Vivendi reçoivent une information suffisante" avant une assemblée générale prévue le 22 juin.

L'AMF n'a pas pu être jointe dans l'immédiat pour un commentaire. Vivendi n'a pas souhaité commenter.

L'envoi de la lettre de Bluebell à l'AMF a été initialement rapporté par Bloomberg.

Bluebell, qui a été mis en lumière par son rôle dans l'éviction de l'ancien PDG de Danone plus tôt cette année, a envoyé fin mai une lettre à Vivendi lui demandant de revoir les conditions de la scission d'UMG en ajoutant un versement de dividendes en espèces.

Vivendi, qui valorise UMG à 33 milliards d'euros, entend coter sa filiale à la Bourse d'Amsterdam au plus tard le 27 septembre prochain.

A la Bourse de Paris, l'action Vivendi reculait de 1,75% à 29,09 euros, accusant la plus forte baisse du CAC 40.

Des traders ont évoqué les critiques de Bluebell comme un élément d'explication à ce repli. Berenberg a par ailleurs abaissé sa recommandation sur le titre Vivendi à "performance du marché" contre "surperformance".

(Sarah White, Mathieu Rosemain et Gwënaelle Barzic, Blandine Hénault pour la version française)

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    DANONE
ARTICLES LES PLUS LUS