Transports

Vivendi enterre l'aventure américaine. Les comptes de l'Insee fragilise la reprise. Le gouvernement lance la réforme du transport maritime. Bull joue sa survie...

, , , ,

Publié le

Vivendi enterre l'aventure américaine. Au cours d'une assemblée générale agitée, Jean-René Fourtou, le PDG de VU, a redessiné les contours de la future société, relèvent Les Echos et La Tribune. Celle-ci sera ancrée sur le vieux continent, centrée sur les Télécoms, la télévision et peut-être la musique. L'enjeu majeur de l'année 2003 sera le désendettement, avec la cession de Vivendi Universal Entertainment, la branche américaine qui gère le cinéma, la télévision cablée et les parcs de loisirs.

Les comptes de l'Insee fragilise la reprise. Le bilan de l'année 2002 est encore plus sombre que prévu, notent vos quotidiens. Le PIB s'est contracté de 0,1 % au dernier trimestre, les investissements des entreprises ont de nouveau fléchit, de 1,8 %, tandis que la consommation des ménage s'est elle aussi tassée. Les déficits publics dépassent les 47 milliards d'euros, soit 3,1 % du PIB, et le taux de chômage atteint plus de 9%.

La réorganisation de la filière spatiale européenne est sur les rails. L'agence spatiale européenne et les industriels se sont accordés sur le sauvetage d'Ariane V, indique Les Echos. Un plan de recapitalisation va être proposé, mais le futur actionnariat n'est pas encore défini. Le secteur des lanceurs va se restructurer autour d'EADS et d'Arianespace afin de réduire le coût des lancements et d'espérer un retour à l'équilibre.

Le gouvernement lance la réforme du transport maritime. Le comité interministériel de la mer a entériné hier, le principe d'un nouveau registre d'immatriculation des navires français, rapporte Les Echos. Celui-ci devra remplacer à partir de 2004, l'actuelle immatriculation aux îles Kerguelen peu compétitive par rapport aux autres pavillons européens. Les quotas d'effectifs nationaux ainsi que la fiscalité devraient être revus à la baisse.

Les télécoms toujours dans la tourmente. La conjoncture du secteur de l'équipement des télécoms est toujours morose, notamment en Europe. Selon le Financial Times et Le Wall Street Journal, le suédois Ericsson et le français Alcatel , qui affichent des résultats toujours négatifs, comptent supprimer entre 13000 et 15000 emplois chacun au cours des deux prochaines années.

Bull joue sa survie. Le conseil d'administration du contructeur informatique se réunit ce matin, à l'approche de deux échéances cruciales, note Le Figaro. Erreurs stratégiques, plans de restructuration et conflits sociaux à répétition, pertes récurrentes et valses des dirigeants, le constructeur français est de nouveau au bord du gouffre. Le groupe doit rembourser plus de 460 millions d'euros à l'Etat et reconstituer des fonds propres négatifs de 724 millions d'euros, dans les mois qui viennent.

Groupama annonce des pertes. Pour la premire fois de son existence, la vénérable mutuelle du monde agricole, affiche un résultat négatif, révèle La Tribune et Les Echos. Pour autant, ce ne sont ni l'achat du Gan en 98, ni la hausse de la sinistralité qui explique cette contre-performance. Le groupe d'assurance français a du provisionner plus de 300 millions d'euros pour la dépréciation de sa participation dans Scor, actuellement en difficulté.

Didier RAGU

A vendredi

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte