Visa Europe s'apprête à tester des cartes micro SD de paiement sans contact

L'opérateur de cartes bancaires va proposer de nouvelles cartes micro SD permettant de convertir un téléphone ordinaire en un téléphone NFC. Il s'agit d'après lui d'une solution transitoire, en attendant la démocratisation des smartphones NFC. Mais pour d'autres, cela risque d'ajouter encore un peu plus de confusion sur un marché déjà complexe.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Visa Europe s'apprête à tester des cartes micro SD de paiement sans contact

Une de plus ! Après les téléphones dotés d'une carte SIM pour la communication en champ proche NFC (Near Field Communication), ceux qui embarquent un élément sécurisé et un système d'exploitation adapté au paiement sans contact, les étiquettes NFC, et les cartes Visa et Mastercard sans contact, Visa Europe s'apprête à introduire une nouvelle technologie de paiement NFC sur mobile.

Une carte micro SD de marque DeviceFidelity, comprenant l'application de paiement et l'élément sécurisé NFC, sera prochainement proposée à 500 clients des Banques Populaires et des Caisses d’Epargne à Nice et Strasbourg. Cette petite carte intégrée à un étui adapté au téléphone permettra de payer des achats d'un montant inférieur à 20 euros avec trois types de terminaux qui ne sont pas "nativement" NFC : l'iPhone (3G et 3GS), le Galaxy de Samsung, et les Blackberry Bold de RIM. Et ce, sans code PIN - en passant simplement le téléphone sur le terminal de paiement.

Selon Visa et BPCE, il s'agit d'une étape transitoire, "en attendant une prochaine étape qui permettra d'intégrer le NFC nativement dans les téléphones". Étape transitoire qui s'ajoute à la distribution de 200.000 cartes bancaires de paiement sans contact dans le cadre de l'expérimentation niçoise.

Mais pour d'autres, ce n'est pas la bonne solution. "Pour convaincre le grand public, il est clair que les systèmes nativement embarqués dans les téléphones sont préférables aux accessoires, qui nécessitent un effort supplémentaire", estime Laëtitia Gazel-Anthoine, PDG de Connecthings, une jeune pousse parisienne spécialiste du sans contact.

Avec ou sans les opérateurs

La démarche est aussi en contradiction avec les objectifs du projet Cityzi porté par l'Association française du sans contact mobile (AFSCM), les grands opérateurs et certaines banques, relève Jean-François Novak, co-fondateur et président d'Adelya, une start-up toulousaine spécialiste de la fidélisation sur carte et sur mobile : "Le modèle de développement préconisé pour Cityzi est SIM-centric, c'est-à-dire centré sur la carte SIM, avec l'opérateur qui détient la barrière de péage".

À l'inverse, les modules de sécurité utilisés dans les nouveaux téléphones NFC embarquant le système d'exploitation Android de Google "échappent, d'après Jean-François Novak, au contrôle de la carte SIM, et donc des opérateurs". Il en va de même des nouvelles cartes micro SD testées par Visa et BPCE, qui risquent de "verrouiller l'écosystème par un élément sécurisé externe".

Ce n'est pas surprenant. "Vous avez depuis le début trois grands pôles qui interagissent mais n'ont pas toujours des intérêts convergents, résume Jean-François Novak. Les banques, les opérateurs, et les entreprises de la grande distribution, tous ont en commun d'être en contact avec quasiment tous les Français. Et tous espèrent avoir la main sur les nouveaux systèmes."

Reste que tant du point de vue de Connecthings que d'Adelya, on considère que la bataille ne sera pas technologique mais se jouera davantage sur les usages. "À l'arrivée, ceux qui vont gagner sont ceux qui arriveront à proposer des services additionnels à même d'intéresser les clients, par exemple des cartes de fidélité", conclut Laëtitia Gazel-Anthoine. Google l'a bien compris : "Il ne s'intéresse pas aux transactions mais aux points de vente, où il va proposer des remises..."

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Innovation
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS