Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Virage historique pour Plastic Omnium, à plein régime dans l’automobile

Olivier James , ,

Publié le

Plastic Omnium vend sa division environnement pour se concentrer sur l’automobile. L’équipementier compte ouvrir pas moins de sept usines lors des douze prochains mois.

Virage historique pour Plastic Omnium, à plein régime dans l’automobile
Plastic Omnium se sépare de son activité environnement pour se concentrer à plein dans l'automobile.

Le dirigeant a le sens de la formule. "Mon père a vendu les engrais de mon grand-père, je vends les poubelles de mon père". Le truculent PDG de Plastic Omnium, Laurent Burelle, résume ainsi le virage historique que prend aujourd’hui ce groupe dirigé de père en fils, dont l’origine remonte à 1875. Des propos tenus vendredi 20 juillet lors d’une rencontre avec la presse pour la présentation des résultats financiers semestriels, au lendemain de l’annonce de la cession de la division environnement, spécialisée dans la conteneurisation des déchets. Dès la fin de cette année, Plastic Omnium sera à 100% concentré sur le secteur automobile.

La vente de la division environnement au consortium Latour Capital-Bpifrance, prévue depuis mi 2017 et dont le montant n’a pas été communiqué, ne va pas transfigurer le groupe lyonnais d’un point de vue industriel. Avec au total 6 usines et 1 800 employés, cette division représente un chiffre d’affaires de seulement 330 millions d’euros. Des chiffres à comparer au chiffre d’affaires global du groupe qui s’est élevé à 8 milliards d’euros en 2017, aux 33 000 salariés et aux 122 usines dédiées au secteur automobile, dont 42 en Asie. Reste que la transformation de Plastic Omnium en "pure-player" du secteur automobile n’est pas que symbolique.

Deux nouveaux centres de R&D

Le secteur connaît de profonds bouleversements, de la baisse en Europe des ventes de véhicules diesel, au développement des véhicules plus autonomes et hybrides. L’équipementier n’a d’autre choix que de se concentrer pleinement sur les investissements liés à l’automobile dans un contexte de plus en plus concurrentiel. "Nous comptons participer au développement des voitures plus modulaires, plus autonomes et plus propres", résume Jean-Michel Szczerba, co-directeur général de Plastic Omnium. Ce qui explique au passage la prise de contrôle en juin dernier pour 350 millions d’euros de l’allemand HBPO, spécialiste des modules bloc-avant de carrosserie.

Le troisième équipementier français, derrière Faurecia et Valeo, prévoit d’ouvrir un total de sept usines pour les douze prochains mois, dont celle ultra moderne basée à Greer (Etats-Unis) tout juste entrée en service. D’autres usines ouvriront aux Etats-Unis, en Chine, en Inde, au Maroc et en Slovaquie. "D’ici trois ou quatre ans, toutes nos usines dans le monde seront 4.0", assène Laurent Burelle, qui y voit un levier d’augmentation des marges et de compétitivité industrielle.

En parallèle, Plastic Omnium affiche une volonté de faire grossir ses capacités de R&D, avec l’ouverture en 2019 de deux nouveaux centres de R&D représentant chacun 200 millions d’euros d’investissements : le premier à Bruxelles dédié aux nouvelles énergies, le second à Wuhan (Chine) pour les systèmes à carburant. En France, où il concentre toujours la moitié des effectifs de R&D (3 500 ingénieurs), le site lyonnais regroupant 700 ingénieurs sera modernisé d’ici 2020 via un investissement de 25 millions d’euros.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle