Vingt millions d'emplois détruits dans le monde en 2009, selon l'OIT

Partager

Après la crise financière, la crise sociale ? On peut le craindre au vu des vingt millions d'emplois qui disparaîtront de la planète en 2009, selon les projections publiées lundi 20 octobre par l'OIT, l'Organisation internationale du travail. Le nombre total des sans-emplois pourrait ainsi passer de 190 millions en 2007 à 210 millions l'an prochain. Ce serait la première fois, en dix ans qu'existe cette statistique, que le monde passerait la barre des 200 millions.

Les secteurs les plus frappés par ces pertes d'emploi seront la construction, l'automobile, le tourisme, la finance, les services et l'immobilier. Des données par pays ne sont pas encore disponibles mais les économies dépendant d'avantage d'un marché intérieur que des exportations souffriront moins. Le Vietnam ou la Chine, pourtant très dépendants des exportations vers les Etats-Unis, pourront se rabattre sur un vaste commerce régional.

Cependant, "la perte de croissance est telle qu'aucun pays dans le monde ne sera vraiment à l'abri en 2009, affirme Duncan Campbell, directeur du département de l'annalyse économique et des marchés du travail à l'OIT. Les pays en voie de développement sont déjà touchés par la perte des investissements, comme en Afrique subsaharienne, en Amérique latine où le mexique qui connapit déjà une chute de 22% des investissements pour 2008."

S'appuyant sur les dernières estimations du Fonds monétaire international (FMI) -3% en 2009- et des statistiques récentes des pays où elles sont disponibles, l'organisation des Nations unies pointe la crise financière mondiale et exhorte les gouvernements à "une action rapide et coordonnée" afin d'éviter "une crise sociale qui risque d'être sévère, durable et mondiale", a indiqué son directeur général, Juan Somavia. D'autant que le bilan s'alourdira encore si les projections du FMI sont revues à la baisse.

Un "plan de sauvetage" pour l'emploi

Evoquant les milliards de dollars actuellement injectés dans les banques, l'avocat chilien plaide pour que les responsables aillent au-delà de l'aspect financier. Avec notamment un "plan de sauvetage" de l'économie réelle, "des règles et des politiques qui fournissent des emplois décents". La finance doit revenir à sa fonction première, à savoir la promotion des entreprises à travers les prêts. De sorte que celles-ci puissent investir, innover et créer des emplois. Un thème que l'OIT veut voir inscrit au cœur du Sommet sur la crise financière, récemment annoncé par les présidents américain George Bush et français Nicolas Sarkozy.

Mais attention, prévient l'OIT, les inégalités sociales avec l'informalité ou la montée du travail précaire, conséquences de la mondialisation, préexistaient à la crise financière. Comme en témoigne la forte période de croissance et de bénéfices entre 2002 et 2007, qui n'a pas fait baisser le chômage mondial (passant respectivement de 188,9 millions à 189, 9 millions). D'où l'urgence, selon son directeur, de "rétablir l'équilibre et de se concentrer sur le sauvetage des personnes et de la production". En somme, de retrouver le lien entre "croissance et emploi", entre "productivité et salaires".

Carmela Riposa

Partager

NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS