Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Agro

[Vinexpo] Pour vendre le vin, la folie des start-up et des applis

Gaëlle Fleitour , ,

Publié le

Dans le monde du vin, les start-up jouent avec les outils numériques pour favoriser la vente directe, voire transformer la manière de déguster le vin.

[Vinexpo] Pour vendre le vin, la folie des start-up et des applis

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

Ce n’est pas encore une version digitale de Vinexpo, le salon mondial des vins et spiritueux, qui se tient du 18 au 21 juin à Bordeaux. Mais si le numérique tarde encore à se généraliser dans les vignes et les chais, il tisse déjà sa toile dans la gestion, la communication et la commercialisation des vins. Car entre les milliers de châteaux, et les multiples appellations ou cépages, mais aussi intermédiaires – courtiers, grossistes, négociants… - le client, qu’il soit distributeur ou consommateur, peine à s’y retrouver…

"L’enjeu fondamental des cinq prochaines années est d’orienter le consommateur vers le produit dont il a envie à l’instant t, à travers un guide digital qui l’emmènerait vers le bon distributeur, au bon endroit et au meilleur prix, estime Thierry Desseauve, co-auteur du guide Bettane et Desseauve. Cela va transformer cette industrie très B to B, en industrie d’apparence B to C." A ses yeux, une "révolution de la distribution et du marketing" est en marche dans le secteur, grâce au digital.

Les experts digitalisent leurs recommandations

Lui-même travaille à un grand projet de support digital pour valoriser les connaissances et recommandations de son équipe – avec 40 000 vins goûtés chaque année – avec une application en français et en anglais disponible gratuitement à partir de septembre, puis paramétrable en fonction d’autres critères (accords mets-vins…).

Dans son domaine, les grands vins, la référence des experts reste en effet primordiale. "L’entreprise Wine Services travaille aussi sur le positionnement des grands crus sur le marché grâce à une analyse fine de la data, remarque Manon Garcia, chargée d'animation et communication au sein du cluster aquitain Inno'Vin. Elle a développé en complément un outil dont le but est de traiter les notes des experts afin de les lisser sur un seul score (Global Wine Score)."

Les collectifs de start-up fleurissent

Mais pour aiguiller les consommateurs moins avertis à s’y retrouver, les applications type "Trip Advisor du vin" se multiplient. Tandis que le site Progusto tente de faciliter, favoriser et partager l’indétrônable expérience de la dégustation. Et les solutions visant à la désintermédiation fleurissent, comme "Wine Box", places de marché, comme Les Grappes qui privilégient la vente en direct. Qui les développent ? Des start-up du vin confrontées à une certaine réticence de ce marché très concurrentiel. Aussi, pour gagner en visibilité, se regroupent-elles en collectif : Wine StartUps à Bordeaux, La Vigne Numérique à Nantes, WineTech à Paris… Ce dernier, qui regroupe près de 60 startups, comme Vinoga (dont le jeu sur Facebook permet de produire virtuellement du vin…et de l’acheter in fine, un canal de communication original pour séduire un public jeune ou féminin), a organisé un évènement fin mai afin de leur offrir plus de visibilité.

Un business model qui reste à définir

Les solutions pour récolter, à partir d’une simple photo d’étiquette, des informations et commentaires puis acheter se multiplient. Comme Le Bon Gustave, membre de WineTech, qui permet de recevoir une bouteille en moins de 24 heures. Ou l’application Winewoo, disponible depuis deux ans sur les mobiles, développée par des Français pour concurrencer la société danoise Vivino, pionnière avec sa technologie Optical character recognition.

"Les vins sont des produits complexes, culturels, qui se prêtent facilement à l’échange et au partage d’informations, d’où l’émergence de ces plateformes, estime Gilles Brianceau, le directeur d’Inno'Vin. Les start-up travaillent sur le scoring pour aller chercher sur Internet les notes des critiques, les avis de bloggeurs, de consommateurs, ou des signaux faibles qu’ils traitent ensuite avec des algorithmes." Problème, beaucoup parviennent ainsi à stocker des masses de données… mais peu à les revendre, faute de modèle économique viable pour l’instant.

Et si l’expérience même de dégustation était bouleversée par le numérique ? En janvier, la coopérative InVivo – qui a lancé il y a deux ans son propre pôle dédié à la fabrication et la valorisation du vin français à l’étranger, InVivo Wine – est entré au capital de 10-Vins. Une start-up présente qui a mis au point un sommelier intelligent servant le vin à la bonne température et l’aérant. Un créneau ouvert par la société Vinoreco, dont Max, le sommelier virtuel, a déjà été adopté par Carrefour pour aider les clients à s’y retrouver dans les rayons ou lors des foires aux vins. Avec plusieurs déclinaisons : des bornes en magasin au rayon vins, des applications mobiles et un site Web.

Gaëlle Fleitour

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle