Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Vinci veut doubler son activité dans le pétrole et le gaz

Ludovic Dupin , , ,

Publié le

Vinci n'est pas un nouveau venu dans le secteur pétrolier, où il est présent sous diverses marques. Mais il souhaite à présent rendre cette activité plus visible. Le but ? Multiplier par deux son chiffre d'affaires en cinq ans, en passant par une diversification géographique et une politique de croissance externe.   

Vinci veut doubler son activité dans le pétrole et le gaz © Pascal Guittet

Les entreprises citées

L’usine géante de production de gaz naturel liquéfié de Yamal en Russie, le terminal méthanier de Dunkerque (Nord), l’une des plus grosses raffineries du monde à Jubail en Arabie Saoudite… Un point commun réunit tous ces chantiers : la présence du spécialiste du BTP Vinci. Le groupe français est actif depuis une dizaine d’années dans le secteur pétrolier et gazier à travers plusieurs de ses filiales, principalement Entrepose et Actemium. A quelques jours de l’ouverture du congrès mondial du gaz à Paris du 1er au 5 juin, le groupe veut montrer un visage unifié dans ces activités.

Cela passe en particulier par la création d’un guichet unique pour les clients de Vinci . "Notre but est de nous présenter devant l’industrie comme un ensemble. Un client qui s’adresse à une filiale de Vinci doit savoir qu’il a la sécurité de tout Vinci derrière", explique Benoît Lecinq, président d’Entrepose. Le groupe français s’inscrit ainsi dans des métiers comme l’ingénierie de maintenance et la maintenance des plateformes de production. Il fournit aussi des unités de traitement de gaz et pétrole, des pipelines, des réservoirs cryogéniques pour les terminaux méthaniers et les usines de liquéfaction de gaz, des sites de stockages de géologiques, etc.

Grandir à l’international

Aujourd’hui l’activité Oil & Gas de Vinci regroupe environ 9000 personnes pour un chiffre d’affaires de 1,5 milliard d’euros. L’objectif est de doubler cette somme en cinq ans environ. Et ce, malgré les importantes baisses d’investissements des grandes majors dans l’exploration pétrolière en raison des faibles prix du pétrole. "Nous passerons ce cycle car nous avons de multiples spécialités sur toute la chaîne de valeur et un déploiement géographique large", affirme Jean-Michel Lang, directeur général de Vinci Energies Oil&Gas. Le groupe vise les marché à forte croissance pétrolière que sont l’Amérique du Nord, l’Afrique ou encore l’Australie. Ce développement passera aussi par des acquisitions. La dernière a été réalisée au Brésil avec Orteng, spécialiste des équipements électriques et automatismes, qui réalise 200 millions d’euros de chiffre d’affaires, dont 50 % avec le pétrolier national Petrobras.

Le développent des activités Oil & Gas s’inscrit dans une stratégie plus large du groupe. Vinci réalise aujourd’hui 60 % de son chiffre d’affaires en France et 40 % à l’international. Grâce à ses métiers de spécialités, la société entend inverser ces pourcentages d’ici 5 ans.

Ludovic Dupin

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle