Vinci : une bonne santé, soutenue par les autoroutes

Olivier James ,

Publié le

Le premier groupe de BTP français voit son chiffre d'affaires augmenté de près de 11% entre 2011 et 2010. Si Vinci a engrangé de nombreux contrats, il peut surtout compter sur ses activités liées aux autoroutes, les plus rentables.

Vinci : une bonne santé, soutenue par les autoroutes © Laurent Grandguillot - REA

Le groupe Vinci se porte bien. Son chiffre d'affaires s'est élevé en 2011 à 36,956 milliards d'euros, en hausse de 10,7% par rapport à 2010. Une progression qui se retrouve aussi dans le résultat net : 1,904 milliard d'euros en 2011, soit une augmentation de 7,2% par rapport à l'année précédente.

Des performances que le groupe explique par "une croissance organique soutenue (+6,4%), particulièrement dans les métiers du contracting (VINCI Energies, Eurovia, VINCI Construction), et de l'impact en année pleine des acquisitions réalisées en 2010, principalement Cegelec."

Et pour l'année 2012, Vinci affiche sa confiance grâce à "un carnet de commandes dans le contracting de 30,6 milliards d'euros, son plus haut niveau historique", en hausse de 18% par rapport au 31 décembre 2010.

Progression annoncée des recettes de péage

Malgré tout, le groupe concède que "la croissance économique étant plus incertaines en Europe, les prises de commandes dans certains segments ou certaines zones géographiques pourraient connaître un ralentissement dans le courant de l'année". Au final, il devrait connaître "une stabilisation de son activité".

Plus que jamais, Xavier Huillard, PDG de Vinci, peut se reposer sur les activités liées aux autoroutes. Car si elles ne représentent que 15% du chiffre d'affaires, elles génèrent près de la moitié du résultat net : 852 millions d'euros précisément ! De fait, les grands contrats remportés par le groupe, s'ils génèrent le plus gros du chiffre d'affaires (pas loin de 85%), ne représentent qu'une grosse moitié des bénéfices.

Et les nouveaux tarifs des autoroutes, appliqués le 1er février, en augmentation moyenne de 2,5%, devraient encore accentuer cette situation. Au bout du compte, si les grands contrats devraient se faire plus rares en 2012, les autoroutes continueront d'alimenter le groupe qui souligne d'ailleurs dans un communiqué que "les recettes de péage sur les autoroutes devraient légèrement progresser".

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte