Transports

Vinci prévoit une croissance plus limitée en 2020

, , , ,

Publié le , mis à jour le 05/02/2020 À 13H04

Vinci a présenté le 5 février ses résultats pour l'année 2019. Après une année de croissance élevée, le groupe de BTP s'attend à une progression plus limitée en 2020.

Vinci prévoit une croissance plus limitée en 2020
Vinci a annoncé pour 2019 un chiffre d'affaires de 48,1 milliards d'euros. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau
© Charles Platiau

Vinci a annoncé mercredi 5 février s'attendre en 2020 à une croissance plus limitée qu'en 2019, en raison d’une base de comparaison particulièrement élevée. En 2019, son chiffre d'affaires a progressé de 10 % et son résultat opérationnel de 15 %. Le groupe de BTP et de concessions déclare aborder 2020 avec confiance.

Vinci a annoncé pour 2019 un chiffre d'affaires de 48,1 milliards d'euros (+10 %), un résultat opérationnel de 5,7 milliards (+15 %) et un résultat net de 3,3 milliards (+9 %).

L'activité concessions s'envole

L'activité concessions a progressé de 18 % (+6 % organique), celle de Vinci Autoroutes - dont le trafic s'est redressé en fin d'année après un début d'exercice encore marqué par le mouvement des gilets jaunes - de 2,8%, Vinci Airports de 5,7%, le contracting (Energies, Eurovia et Construction) de 9% et l'activité immobilière de 20%.

En ce qui concerne Vinci Airports, les contributions des aéroports d’AirPorts Worldwide (intégré en août 2018), de Belgrade (intégré en décembre 2018) et de Londres Gatwick (intégré en mai 2019), ont apporté 900 millions d’euros de chiffre d’affaires.

Le groupe propose ainsi un dividende de 3,05 euros par action au titre de l’exercice 2019 (2,67 euros en 2018).

Quel impact du coronavirus ?

L'impact de l'épidémie de coronavirus sur le trafic aéroportuaire est impossible à quantifier pour le moment, a déclaré Xavier Huillard, PDG de Vinci. Il estime que la crise sera gérable si elle reste essentiellement limitée à la Chine.

Lors d'une conférence de presse sur la présentation des résultats 2019, il a précisé que les aéroports du groupe situés au Cambodge et au Japon étaient, parmi ceux du groupe, les plus exposés au trafic de passagers chinois.

Avec Reuters (Sarah White, avec Jean-Michel Bélot, édité par Bertrand Boucey)

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte