Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Vinci épinglé par le jury des prix Pinocchio

Publié le

Cette cérémonie ironique a récompensé jeudi soir les entreprises adeptes du "green washing", qui utilisent abusivement des arguments écologiques pour leur communication.

Vinci épinglé par le jury des prix Pinocchio © D.R.

Et les lauréats sont ... Vinci, Tereos et la Société Générale. Ces trois sociétés ont été récompensées jeudi soir par un prix Pinocchio, lors d'une cérémonie organisée par l'ONG les Amis de la Terre et le CRID (Centre de recherche et d'information pour le développement).

"Le principal intérêt des Pinocchio, c'est de faire comprendre aux citoyens la réalité de certains projets et le décalage entre les discours des entreprises et les réels impacts sociaux et environnementaux", explique Romain Porcheron, des Amis de la Terre. 13 000 personnes ont voté sur Internet pour décerner les prix.

Vinci a remporté le premier prix, celui de la catégorie "Plus vert que vert", réservée à "l'entreprise ayant mené la campagne de communication la plus abusive et trompeuse au regard de ses activités réelles". "Pour tenter de justifier ce projet rejeté depuis 40 ans par les riverains, Vinci a proposé la création d'une Amap permettant de distribuer des paniers bio aux salariés de l'aéroport et d'un observatoire agricole pour permettre aux agriculteurs d'exposer leurs bonnes pratiques" détaille Romain Porcheron.

Le prix "Une pour tous, tout pour moi", destiné a récompenser la "politique la plus agressive en termes d'appropriation et de surexploitation des ressources naturelles", a été emporté par le groupe Tereos, spécialisé dans les agrocarburants. les Amis de la Terre considèrent les pratiques de cette entreprise au Mozambique comme "un accaparement de zones forestières et de terres agricoles qui servaient à nourrir les populations locales pour nourrir les voitures des Européens".

La Société générale a remporté la catégorie "Mains sales, poches pleines" pour son lobbying en faveur de ses investissements dans le nucléaire au Brésil, précisent les Amis de la Terre.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle