Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Vincent Bolloré entendu par la police sur ses activités en Afrique

Publié le

PARIS (Reuters) - L'homme d'affaires Vincent Bolloré est actuellement auditionné par des policiers sur des soupçons de corruption dans le cadre de l'obtention de concessions en Afrique par le groupe Bolloré dont il est PDG.

Vincent Bolloré entendu par la police sur ses activités en Afrique
L'homme d'affaires Vincent Bolloré a été placé en garde à vue concernant les conditions d'obtention de concessions en Afrique par le groupe Bolloré dont il est PDG, rapporte mardi le quotidien Le Monde. /Photo prise le 19 avril 2018/REUTERS/Charles Platiau
© Charles Platiau

En milieu de journée, l'action du groupe Bolloré dévisse de 7,62% à 4,124 euros tandis que le titre Vivendi, dont Vincent Bolloré est le premier actionnaire, recule de 0,95% à 20,8 euros.

Le milliardaire breton, qui a créé la surprise il y a quelques jours en renonçant à la présidence du conseil de Vivendi, est auditionné depuis ce mardi matin à Nanterre (Hauts-de-Seine) par les policiers de l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF), a-t-on précisé de source judiciaire, confirmant une information du journal Le Monde.

Dans un communiqué, le groupe Bolloré, qui a confirmé l'audition de plusieurs de ses dirigeants sans les nommer, a nié toute irrégularité.

"L'audition de ses dirigeants permettra d'éclairer utilement la justice sur ces questions qui ont fait l'objet d'une expertise indépendante qui a conclu à la parfaite régularité des opérations", affirme le groupe industriel diversifié, contrôlé par la famille Bolloré.

"Le Groupe Bolloré dément formellement que sa filiale de l’époque SDV Afrique ait commis des irrégularités", ajoute-t-il.

La justice soupçonne des dirigeants de la société d'avoir utilisé le groupe de communication Havas, alors contrôlé par Bolloré, pour faciliter l'arrivée au pouvoir de dirigeants africains afin d'obtenir en contrepartie des concessions portuaires.

La justice s'intéresse notamment aux conditions de reprise par le groupe Bolloré de la concession du port de Konakri, en Guinée, et de la gestion d'un terminal à conteneurs du port de Lomé, au Togo.

"La partie transport du Groupe Bolloré a investi en Afrique bien longtemps avant la prise de contrôle d’Havas pour des concessions portuaires dont le succès dépend d’investissements colossaux et nécessite une expertise de haut niveau", explique pour sa part le groupe Bolloré dans son communiqué.

Une perquisition avait été menée en avril 2016 au siège du groupe Bolloré à Puteaux (Hauts-de-Seine) dans le cadre de cette enquête.

Des perquisitions ont également été conduites en 2014 et 2015 chez Havas, racheté depuis par Vivendi.

Le groupe Bolloré est un acteur de premier plan dans le transport et la logistique en Afrique, où il est présent dans 46 pays via 250 filiales et où il exploite 18 concessions portuaires.

Le magazine Challenges avait évoqué dès le 12 avril une audition à venir de Vincent Bolloré à la demande des juges d'instruction financiers Serge Tournaire et Aude Buresi.

(Gwénaëlle Barzic, avec Emmanuel Jarry, édité par Dominique Rodriguez)

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus