L'Usine Auto

Villes-entreprises : Toyota city, née dans la soie

, , ,

Publié le

Cette semaine, notre série d’été nous emmène à la découverte de ces métropoles dont le destin est lié à une entreprise industrielle... pour le meilleur ou pour le pire. Aujourd’hui, cap sur le Japon, à Toyota City. Cette ancienne commune de 20 000 habitants est devenue une métropole, fief du groupe automobile nippon qui y fait tourner aujourd'hui sept usines.

Villes-entreprises : Toyota city, née dans la soie © tony cassidy

Crèches, terrains de football… A "Toyota city", sur l'île de Nagoya au Japon, tout est siglé Toyota. Même les horaires d'ouverture des magasins de la ville sont calés sur ceux des usines du groupe automobile, pour que les salariés puissent faire leurs courses en sortant du travail. Le constructeur est un symbole de la réussite économique nippone. Il a marqué de sa patte le territoire de la métropole qui porte son nom comme un étendard. Autrefois appelée Koromo, la commune de Toyota a été rebaptisée en 1959, indique un web-documentaire diffusé sur le site de France 5.

Trois décennies plus tôt, dans les années 30, des kilos et des kilos de la soie la plus fine sont produits à Koromo. Kiichiro Toyoda travaille comme une fourmi pour sortir l'entreprise familiale, spécialisée dans les métiers à tisser, de l'ornière. Il décide de produire des camions, puis des voitures. Il voit l'avenir en grand, dans un Japon pourtant sorti vaincu et humilié par les Alliés de la seconde guerre mondiale.

La population locale explose

Pour que son entreprise rivalise avec les géants américains de l'automobile, son PDG invente un nouveau modèle de production, plus efficace que le fordisme. Le toyotisme permet aux firmes qui l'utilisent de fabriquer des produits de qualité en flux tendu. Les salariés sont appelés à améliorer eux-même leur productivité.

Cette nouvelle organisation du travail permet au constructeur de se hisser progressivement au rang de multinationale. Il ouvre sept usines dans ce qui est devenu la capitale de son empire. Plus de 400 fournisseurs s'installent à leurs côtés. La population locale explose : elle se monte aujourd'hui à plus de 420 000 personnes. Pour faire tourner ses sites de production, Toyota a fait appel à de la main d'œuvre étrangère. 16 000 habitants de la ville sont en 2013 originaires d'Amérique latine. La compagnie fait construire des cités dortoirs pour loger ses ouvriers.

Numéro un mondial

En 2007, Toyota dépasse General Motors et devient le premier constructeur automobile mondial. Il vend 9,3 millions de véhicules (15% du marché mondial). Mais cette apothéose est de courte durée… La crise économique de 2008 d'abat sans pitié sur le Japon. Toyota voit ses ventes baisser de 15% cette année-là. Le groupe fait quatre milliards d'euros de pertes (les premières de son histoire) et rappelle neuf millions de véhicules défaillants.

Le résultat ne se fait pas attendre dans les rues de la ville : le pôle emploi local fait le plein de chômeurs. Depuis 2008, un tiers des salariés du groupe vivant à Toyota ont perdu leur poste. Les fournisseurs ne sont pas épargnés. Depuis, la firme se relève doucement. Elle a retrouvé sa position de leader mondial de l'automobile en 2012. Les demandeurs d'emplois serrent les dents et espèrent être réembauchés.

Lélia de Matharel

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte