Villeroy (BdF) appelle à la finalisation des règles de Bâle

PARIS (Reuters) - Le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, a plaidé vendredi pour la finalisation d'un accord sur les nouvelles règles prudentielles internationales connues sous le nom de Bâle III, tout en affichant son opposition à la fixation d'un plancher de fonds propres à 75% de l'exigence standard.
Villeroy (BdF) appelle à la finalisation des règles de Bâle
Le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau (photo) a plaidé vendredi pour la finalisation d'un accord sur les nouvelles règles prudentielles internationales connues sous le nom de Bâle III, tout en affichant son opposition à la fixation d'un plancher de fonds propres à 75% de l'exigence standard. /Photo prise le 11 mai 2017/REUTERS/Alessandro Bianchi

Alors qu'un rapport du Trésor américain publié lundi propose de repousser ou de modifier les réformes bancaires élaborées à la suite de la crise financière, il a également mis en garde contre un éventuel retour en arrière des Etats-Unis.

"Nous devons (...) finaliser Bâle III" pour permettre une stabilisation du cadre règlementaire pour les banques", a déclaré François Villeroy de Galhau, lors d'une conférence de l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), le régulateur français des secteurs bancaire et de l'assurance, dont il assure la présidence.

La plus grande partie des règles de Bâle III sont entrées en vigueur mais les discussions patinent sur les dernières mesures, notamment la fixation d'une exigence plancher pour les banques utilisant des modèles internes pour le calcul de leurs actifs pondérés des risques- l'"output floor" - qui reste au coeur des discussions.

La dernière réunion des responsables de la régulation financière internationale dans le cadre du comité de Bâle, qui s'est tenue mercredi et jeudi en Suède, s'est achevée sans communiqué final.

CONTRÔLE RENFORCÉ POUR LES MODÈLES INTERNES

Pour François Villeroy de Galhau, qui également membre du conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE), la fixation d'un plancher d'output floor à 75% "n'est pas acceptable".

"Si un plancher d'output floor à 75% n'est pas acceptable, c'est parce qu'il reviendrait à ce que ce plancher, et donc la méthode standard, devienne la contrainte pour la moitié des banques internationales", a dit François Villeroy

"Un accord doit donc se faire sur un niveau inférieur qui s'accompagne d'un renforcement du contrôle des modèles internes", a-t-il indiqué en soulignant que d'autres pays européens, dont l'Allemagne et les Pays-Bas, ainsi que la Commission européenne, partageaient cette position.

Le gouverneur de la banque centrale française a égratigné au passage "les conseils de négociation" donnés par le secteur bancaire, en particulier les banques françaises.

"Un peu de mesure ne ferait pas de mal, et notre sujet n’est pas de défendre des intérêts corporatistes", a-t-il déclaré.

Les banques françaises, qui utilisent généralement des modèles dits "internes" pour calculer les risques, estiment qu'un accord de Bâle fixant le niveau minimum de fonds propres requis à 75% du montant calculé selon la méthode standard serait plus favorable au modèle bancaire américain, sans prendre en compte leurs spécificités.

Elles ont d'ailleurs invité les pays européens à s'interroger sur leur intérêt à faire des compromis avec les Etats-Unis afin de boucler un accord sur les règles de Bâle, dans le sillage de la publication du rapport du Trésor américain.

LA POSITION AMÉRICAINE "PRÉOCCUPANTE"

Même si les mesures que l'administration Trump mettra en place en matière de régulation financière et bancaire restent à préciser, ce document évoque une possible remise en cause de deux des principales règles déjà finalisées à Bâle, a souligné François Villeroy de Galhau en qualifiant de "préoccupante" l'éventualité d'une remise en cause par les Etats-Unis des avancées en termes de coopération internationale sur la régulation financière.

"Une déréglementation unilatérale ne serait qu'un jeu perdant-perdant, qui aurait de graves conséquences tant sur la stabilité du système financier mondial que sur les conditions de concurrence entre banques américaines et européennes", a-t-il estimé.

François Villeroy de Galhau a donc invité les Européens à se montrer "particulièrement attentifs à ce que feront les autres grands pays, à commencer, vous l’avez compris, par les États-Unis", lors de la mise en place d'un éventuel accord sur Bâle III.

Le comité de Bâle, qui rassemble les autorités de régulation financière d'une trentaine de pays, s'est fixé pour objectif de tirer les leçons de la crise financière de 2008 et de prévenir l'éclatement de nouvelles crises en mettant en place des normes plus sévères.

(Myriam Rivet, avec Leigh Thomas et Huw Jones à Londres, édité par Marc Joanny)

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

La renaissance des montres Kelton

La renaissance des montres Kelton

Le designer Vincent Bergerat donne une nouvelle vie aux montres Kelton. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il explique au micro de Christophe Bys comment il innove et recrée l'identité...

Écouter cet épisode

Connecter start-up et grands groupes

Connecter start-up et grands groupes

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Thomas Ollivier, fondateur du Maif Start-up Club, répond aux questions de Christophe Bys. 

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

BANQUE DE FRANCE

+ 77 000 Décideurs

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Chargé d'Affaires Conformité Machines (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 23/06/2022 - CDI - Aix en Provence

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

33 - Ste Foy la Grande

Remplacement du système sécurité incendie du collège Elie Faure

DATE DE REPONSE 01/01/1970

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS