Viêt-nam: rude concurrence en perspective


Les groupes américains n'avaient pas attendu la levée de l'embargo pour avancer leurs pions. Les industriels français doivent agir vite.

 

Partager

Pepsi-Cola démarre une unité d'embouteillage à Hô Chi MinhVille, United Airlines annonce l'ouverture d'une liaison entre Los Angeles et le Viêt-nam. Les grandes sociétés américaines avaient les pieds dans les starting-blocks: dès l'annonce par Bill Clinton de la levée de l'embargo sur le Viêt-nam, elles se sont précipitées à Hanoi et à Hô Chi Minh-Ville. Elles avaient, il est vrai largement balisé le terrain et commencé à conclure des précontrats, exécutoires à la levée de l'embargo. Une rude concurrence en perspective pour les entreprises françaises, qui s'étaient taillé au Viêt-nam une position (8% de parts de marché) largement supérieure à celle qu'elles occupent dans les autres pays asiatiques (2% en moyenne). ATT risque de porter des coups à AlcatelAlsthom dans les télécommunications, où l'essentiel des infrastructures reste encore à réaliser. Et Total, qui a décroché des permis d'exploration dans le golfe du Tonkin et un contrat de faisabilité pour une raffinerie à Ho Chi Minh-Ville, va se heurter aux ambitions de Mobil. "Nous avons très peu de temps pour consolider nos positions ", jugent les industriels français. Ainsi, Trophy Radiologie, leader des équipements de radiologie dentaire dans le monde, met-il les bouchées doubles: "Nous avions déjà équipé vingt hôpitaux au Viêt-nam; nous nous apprêtons à en équiper dix autres", souligne Jean-Yves Sevestre, son P-DG. L'arrivée des Américains, pourtant, n'a pas que des effets négatifs. " Par leurs investissements, ils vont contribuer au développement du pays, ce qui profitera à tous", note un observateur. Les besoins du Viêt-nam en infrastructures et équipements industriels sont évalués à quelque 5O milliards de francs

DE NOMBREUX OBSTACLES ADMINISTRATIFS

"Nous avions le projet d'exporter vers les Etats-Unis une partie de notre production vietnamienne; la levée de l'embargo va favoriser cet objectif", souligne Sophie Kerdellant, responsable exportation de la société Filmasport. Cette PMI du Calvados, qui emploie 80personnes en France, a choisi d'installer au Viêtnam toute sa production de filets pour équipements sportifs. Pas d'illusions, toutefois: pour les industriels en mal de contrats le Viêt-nam n'est pas un nouvel Eldorado. C'est un des pays les plus pauvres du monde: le produit intérieur brut ne dépasse pas 1 200francs par an et par habitant. Et, malgré une législation favorable aux investissements étrangers, de nombreux obstacles administratifs demeurent: il a fallu à CBC (filiale de la Générale des eaux) trois ans pour décrocher le contrat pour la construction d'un hôtel quatre étoiles. La bureaucratie communiste n'a pas dit son dernier mot.



USINE NOUVELLE - N°2444 -

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS