[Vidéo] Renault mise sur la nouvelle Zoe pour continuer à démocratiser l’électrique

Le constructeur a ouvert à la vente la troisième génération de sa citadine à batteries. Renault mise sur une autonomie accrue et un prix qu’il juge accessible pour faire progresser ses ventes.

Partager

[Vidéo] Renault mise sur la nouvelle Zoe pour continuer à démocratiser l’électrique
La nouvelle Renault Zoe bénéficie d'une autonomie accrue de 25% par rapport à la dernière version commercialisée.

L’une des pionnières de l’électrique se réinvente. Depuis le début du mois de septembre, Renault propose à la vente la nouvelle génération de sa citadine Zoe. Au moment où PSA lance ses versions électriques de la Peugeot 208 et de l’Opel Corsa, Volkswagen son ID.3 et le constructeur japonais Honda sa citadine électrique éponyme, le constructeur au Losange mise sur la troisième version de la Zoe pour maintenir son avance sur un marché des véhicules à batteries de plus en plus concurrentiel.

D’ici à 2022, Renault veut réaliser 10% de ses ventes sur l’électrique. Bien plus que les 49 600 Zoe et Kangoo Z.E. écoulés en 2018, qui n’ont représenté que 1,3% du total des ventes enregistrées par le constructeur français (3,9 millions de voitures immatriculées en 2018). Reste que les ventes de voitures électriques ont connu chez Renault une progression de presque 37% sur la période. Une dynamique sur laquelle le groupe compte pour atteindre son objectif à horizon 2022.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

60 000 ventes en 2019

A l’occasion des essais de la Zoe en Sardaigne (Italie), Eric Feunteun, directeur du programme véhicule électrique et nouveaux business, évoque un doublement des ventes du modèle pour 2019 à 60 000 unités, contre 39 500 en 2018. Un mouvement qui devrait s’amplifier. Avec la nouvelle génération de la Zoe, Renault espère toucher de nouveaux profils. Pour y parvenir, le groupe mise sur ses 395 kilomètres d’autonomie, un chiffre en hausse de 25% par rapport à la dernière version commercialisée.

"Ce niveau d’autonomie permet de proposer une plage d’utilisation plus grande. Cela ouvre de nouvelles possibilités aux acheteurs, comme des départs en week-end, au-delà de l’usage quotidien sur des trajets domicile-travail", souligne David Mazuir, directeur général adjoint en charge des systèmes électriques et hybrides. "Les clients pourront utiliser la nouvelle Zoe comme seul véhicule du foyer, et non plus comme un véhicule d’appoint".

Loyer équivalent à une Clio

Renault indique avoir également travaillé sur le coût de son nouveau modèle. "La mobilité électrique n’a de sens que si elle est accessible à tous. Nous faisons des choix pour atteindre des coûts compétitifs. La Zoe s’inscrit dans cette logique", met en avant Eric Feunteun. Le constructeur a ainsi repris la base de son ancien modèle, tandis que la motorisation, l’architecture électronique, celle de la batterie et l’intérieur de la voiture ont été repensés pour améliorer les performances et le style.

Le modèle reste toutefois plus coûteux qu’un équivalent thermique tel que la Clio : 24 000 euros pour la version de base, sans compter les batteries en supplément à 8 000 euros. Des tarifs supérieurs à ceux à un modèle essence ou diesel, malgré les 6 000 euros de bonus écologique. "Dans le cadre d’une location, le loyer moyen d’une Zoe est équivalent à celui d’une Clio", insiste toutefois le responsable du programme véhicule électrique de Renault.

La K-ZE chinoise prévue en Europe

Chez Renault, la vraie baisse de prix des véhicules à batteries pourrait intervenir grâce au lancement après 2020 de la plateforme électrique CMF-EV, partagée avec son partenaire Nissan. Cette solution s’inscrit dans le cadre de la démarche CMF (pour "common module family") grâce à laquelle l’Alliance attend une "réduction moyenne de 30 à 40% en ingénierie produit-process par modèle et de 20 à 30% pour l’achat de composants". De quoi jouer sur le coût final des véhicules.

En parallèle, Renault va lancer sur le marché européen sa citadine à bas coût K-ZE, grâce à laquelle le constructeur veut conquérir la Chine. A l’image de Kwid lancée en 2015 sur le marché indien, la petite voiture électrique K-ZE a été conçue localement, pour irriguer dans un premier temps la demande chinoise. En conduite réelle, la voiture affiche une autonomie de 190 à 200 kilomètres pour un coût inférieur à 10 000 euros en Chine.

Julie Thoin-Bousquié Journaliste en charge de la rubrique Auto
Julie Thoin-Bousquié

Partager

NEWSLETTER Auto et Mobilités
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Trophée

TROPHÉES DES USINES 2021

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Déposez votre dossier avant le 5 mars pour concourir aux trophées des usines 2021

Conférence

MATINÉE INDUSTRIE DU FUTUR

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Comment rebondir après la crise 2020 et créer des opportunités pour vos usines

Formation

Espace de travail et bien-être des salariés

Paris - 01 juin 2021

Services Généraux

Optimiser l’aménagement du bureau

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS