Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

[Vidéo] Quels points faut-il retenir dans la contre-attaque de Carlos Ghosn ?

Simon Chodorge , , , ,

Publié le

Vidéo Carlos Ghosn n'a pas pu tenir de conférence de presse comme il le souhaitait après sa ré-arrestation. À la place, l'ancien patron de Renault-Nissan a diffusé une vidéo le 9 avril où il répond aux accusations. L'homme d'affaires soupçonné de malversations financières continue de dénoncer un complot de Nissan, en négligeant parfois le fond des charges... L'Usine Nouvelle fait le point sur les informations à retenir de cette intervention. 

[Vidéo] Quels points faut-il retenir dans la contre-attaque de Carlos Ghosn ?
Carlos Ghosn a diffusé une vidéo le 9 avril où il répond aux accusations de malversations financières et d'abus de confiance.
© Nikkei Asian Review / YouTube / Capture d'écran

“Si vous m’écoutez grâce à cette vidéo aujourd’hui, cela signifie que je n’ai pas été en mesure de donner la conférence de presse que j’avais prévue pour le 11 avril”, débute Carlos Ghosn. La formule évoque un film à suspense. Elle a probablement été enregistrée le 3 avril par l’homme d’affaires, juste avant sa quatrième arrestation au Japon pour soupçons de malversations financières. Mardi 9 avril, ses avocats ont relayé le document aux journalistes, un jour après la révocation du dernier mandat de l’industriel chez Nissan.

“Conspiration”, “coup de poignard dans le dos”, “sale jeu”... Carlos Ghosn promettait de dire “la vérité” mais tandis que les charges s’accumulent contre lui, sa défense commence à tourner en rond. Le magnat a redit son innocence et il est revenu sur son arrivée au Japon en 1999. Dans son intervention de sept minutes, peu de temps est consacré aux détails des accusations.

Carlos Ghosn défend son bilan chez Nissan

Depuis le mois de janvier, Carlos Ghosn se défend des accusations de malversations financières et d’abus de confiance en dénonçant un “complot” et une “trahison” de certains cadres dirigeants de Nissan. L’industriel libano-brésilo-français a évoqué plusieurs fois un projet de rapprochement plus poussé entre les alliés Renault, Nissan et Mitsubishi. Selon lui, certains responsables de Nissan se sont sentis menacés par ce chantier et ont oeuvré pour le faire tomber.

“Je suis le défenseur le plus féroce de l’autonomie de Nissan, explique Carlos Ghosn. Mais cette autonomie doit être basée sur la performance. [...] C’est là d’où provient la peur car la performance de Nissan n’est pas bonne, elle s’est beaucoup dégradée.”

Les noms promis par Carlos Ghosn coupés au montage

“J’ai des noms”, avait assuré Carlos Ghosn dans son entretien du 3 avril à TF1/LCI. Ceux-ci devaient apparaître dans la vidéo diffusée le 9 avril mais ils ont été coupés au montage par les avocats japonais de l’homme d’affaires. Vraisemblablement pour éviter des poursuites pour diffamation.

“J’ai beaucoup de respect pour les employés de Nissan. Je parle ici des quelques directeurs qui créent manifestement de la destruction de valeur pour leur propre intérêt et à cause de leur propres peurs égoïstes, argumente Carlos Ghosn.

"Les accusations sont vagues”, selon l’avocat français de Ghosn

Interrogé au micro de RMC, l’avocat français de Carlos Ghosn, a apporté davantage de détails sur sa défense. “Les accusations sont vagues”, a dénoncé Jean-Yves Le Borgne. Il est notamment revenu sur les revenus sous-déclarés imputé à l’ancien patron de Renault-Nissan : “On l’accuse de ne pas avoir déclaré ce qu’il aurait touché lorsqu’il aurait pris sa retraite. Autrement dit cette non-déclaration, qui est la première des accusations qui a été portée contre lui, concerne des revenus qu’il n’a pas reçu. [...] C’était un prétexte.”

L’avocat a également suggéré quelques pistes sur les possibles évolutions de l’affaire Ghosn. Au sujet des retraites de l’industriel chez Renault et annulées par le conseil d’administration, Jean-Yves Le Borgne indique qu’une poursuite “n’est pas exclue”.

Autre éventualité, une demande d’extradition de Carlos Ghosn. “Il n’a pas demandé à être jugé en France”, a indiqué l’avocat mais selon lui “si l’on veut que Carlos Ghosn bénéficie d’un procès dans des conditions respectables, conformes à nos valeurs et à nos critères d’une justice respectable, il n’y a [cela] qu’en France, dans un pays européen”. L’homme d’affaires et sa femme Carole Ghosn disent redouter un procès non équitable au Japon et ont tout deux fait appel au soutien du gouvernement français. Reste à savoir si Carlos Ghosn demandera bel et bien une extradition et si cette demande sera relayée par le gouvernement.

Réagir à cet article

2 commentaires

Nom profil

10/04/2019 - 08h27 -

Plus globalement, et au delà de l homme, cette affaire interroge sur les procédures internes et audits de surveillance d un groupe comme Renault Nissan. Et sur l efficacité de la gouvernance, le rôle du conseil d administration, sans parler des bilans comptables validés par les commissaires aux comptes extérieurs et indépendants. Il y a là une chaîne de responsabilités à éclairer. Plus de justice et de transparence. Nul doute que le nouveau homme fort JD Senard pourra porter haut et fort les valeurs morales et sociales un peu perdues... Bonne chance à lui et à son équipe de management.
Répondre au commentaire
Nom profil

09/04/2019 - 13h56 -

Mais si ce monsieur voulait être jugé dans des conditions respectables, conformes à nos valeurs et critères de justice respectable, pourquoi est-il allé se vendre au japon ? Il faut accepter les règles des pays dans lesquels on souhaite s'investir si l'on souhaite la mondialisation des échanges. Et ne pas venir pleurer pour que la France vous sorte du pétrin dans lequel vous vous êtes vous même fourré ! Il est là le risque de la mondialisation ! Chaque pays ayant ses règles propres, chacun les applique dans son intérêt, sauf.........l'Europe ? Qui considère sans doute qu'on peut produire et transporter des marchandises en traversant la moitié du monde, et encore à l'arrivée être moins cher qu'une production locale? Sans doute par la magie d'un travail plus efficace la bas qu'ici ?.Alors que ce sont les robots qui font partout l'essentiel du travail et qu'en réalité l'Europe des accords commerciaux ,brade l'organisation sociale qui nous avait démarqué de nos concurrents et adversaires !
Répondre au commentaire
Nom profil

11/04/2019 - 03h23 -

juste pour preciser Il est parti la bas car il represente les interets du groupe Renault donc represente les interets de la France qui beneficie precisons le des benefices du groupe depuis 20 ans. Certes il est grassement paye mais si le resultat y ait pourquoi pas? bon travail merite salaire apres tout! Donc dans un sens il travaille pour le gouvernement francais et donc celui ci devrait defendre les interets du citoyen francais.
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle