L'Usine Aéro

[Vidéo] OneWeb engagé dans une course contre la montre pour déployer sa mega-constellation spatiale

Hassan Meddah ,

Publié le

Vidéo L’opérateur OneWeb vient de mettre sur orbite 34 nouveaux satellites supplémentaires. Dans les deux ans qui viennent, il doit encore enchaîner une vingtaine de lancements pour achever sa méga constellation de près de 650 satellites. Un impératif s’il ne veut pas prendre de retard face au projet concurrent Starlink soutenu par Elon Musk, le patron de SpaceX.

OneWeb engagé dans une course contre la montre pour déployer sa mega-constellation spatiale
OneWeb a placé en orbite 34 satellites supplémentaires le 7 janvier dernier. Elle doit encore réaliser 20 lancements pour compléter sa constellation spatiale de près de 650 satellites.
© CNES-ArianeSpace

Nouveau succès pour Oneweb. Le 7 février à 2H42 heure locale, une fusée Soyouz a décollé depuis le cosmodrome Baïkonour. Elle a procédé au lancement de trente-quatre nouveaux satellites du projet de méga constellation qui viennent s’ajouter aux six déjà en orbite depuis l’an dernier. Les satellites lâchés à une altitude de 450 km ont été séparés en neuf grappes et devront rejoindre leur orbite de fonctionnement à 1 200 km grâce à leurs petits moteurs. La société a pour projet de déployer une infrastructure spatiale géante d’environ 650 satellites.

Trois pas de tirs mobilisés 

Pour y parvenir, dix-neuf tirs supplémentaires seront nécessaires avec le lanceur russe depuis trois bases spatiales (Kourou en Guyane française, Baïkonour au Kazakhstan et Vostochny en Russie) ainsi qu’un autre avec la future fusée européenne Ariane 6. Le calendrier de déploiement est ambitieux. "D’ici à la fin de l’année, nous fournirons le service dans la région arctique et en 2021, la couverture sera globale, faisant de la fracture numérique une chose du passé", s’est enthousiasmé Adrian Steckel, PDG de OneWeb cité dans un communiqué diffusé dans la foulée du lancement. Le dirigeant tient ainsi les objectifs et les engagements qu’il avait partagé avec l’Usine Nouvelle en décembre dernier. Il avait alors précisé qu’une vingtaine de clients avaient signé des contrats et notamment les opérateurs Talia et Intermatica.

Dans un premier temps, OneWeb veut apporter des services de connexion à haut débit et faible latence aux compagnies aériennes et maritimes. Il cible également les opérateurs de téléphonie mobile, de Wi-Fi communautaire et de services de communication d’urgence. La connexion des établissements scolaires et la réduction de la fracture numérique mondiale figurent également parmi ses objectifs. Toutefois, il n’est pas le seul à avoir cette ambition.

Déjà quatre lancements pour son concurrent Starlink

Une course contre la montre s’est déjà engagée pour s’imposer sur le marché de la connectivité satellitaire déjà très convoité, notamment face à son concurrent Starlink. Le projet financé par Elon Musk, fondateur de SpaceX, dispose d’une courte avance avec déjà quatre lancements réalisés, soit un total de 240 satellites en orbite.

Les 34 satellites mis en orbite par Arianespace ont été construits pas OneWeb Satellites, une co-entreprise fondée par OneWeb et Airbus Defence and Space. Si la production des premiers éléments de série a été réalisée à Toulouse, la chaîne de production est désormais située en Floride.

Réagir à cet article

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte