[Vidéo] Les questions qui restent en suspens suite à l'incendie de l'usine Lubrizol à Rouen

À la suite de l'incendie de l'usine chimique de Lubrizol à Rouen, des galettes d'hydrocarbures sont apparues sur la Seine, tandis que la ville est "clairement polluée", selon la ministre de la Santé. Et de nombreuses questions subsistent.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

[Vidéo] Les questions qui restent en suspens suite à l'incendie de l'usine Lubrizol à Rouen
L'incendie est maîtrisé, mais des galettes d'hydrocarbures auraient été retrouvées.

L’incendie de l’usine chimique Lubrizol, classée Seveso seuil haut, survenu le 26 septembre à 2h40 du matin, a été maitrisé par les soldats du feu dans l’après-midi. Au matin du 27 septembre, le service des pompiers de Seine-Maritime publiait plusieurs images de l’incendie, ainsi qu’une vidéo, visible ci-dessous. Mais de nombreuses questions demeurent.

Jusqu'où la pollution s'étend-elle?

Des galettes d’hydrocarbure seraient apparues sur la Seine à Rouen (Seine-Maritime) vendredi 27 septembre, en conséquence de l’incendie. L’État serait d’ailleurs en train d’armer un navire pour récupérer le tout, rapporte Ouest France.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Lors d’une conférence de presse le même jour, le préfet de Normandie, Pierre-André Durand, a confirmé la présence d’autres galettes dans les jardins de la préfecture. La veille, le préfet envisageait la possibilité de retrouver des hydrocarbures hors des zones concernées. Il promettait qu’elles seraient "aisément récupérables".

La ville de Rouen, où se situe l'usine, est "clairement polluée" par les suies, a déclaré la ministre de la santé Agnès Buzyn lorsqu'elle s'est rendue sur les lieux le 27 septembre.

Y-a-t-il un danger pour la population ?

De nombreux habitants ont subi nausées voire vomissements. La ministre les appelle à "nettoyer ces suies" mais à prendre des précautions, "notamment en mettant des gants" car il s'agit de combinaisons d'additifs d'huile de moteur et d'hydrocarbures, les matières qui ont brulé sur le site. "Je ne peux pas dire qu'il n'y a pas de danger", à cause de la présence de ces hydrocarbures, a précisé la ministre, "nous rendrons transparents la totalité des prélèvements réalisés". Mais il n'y aurait "pas de polluants anormaux dans les prélèvements effectués", selon la ministre de l'Environnement Elisabeth Borne.

Quelles sont les raisons de cet incendie?

On ne sait pas encore comment l'incendie s'est déclenché. S'agirait-il d'un acte volontaire, criminel? S'exprimant pour la première fois depuis l'accident, Frédéric Henry, le dirigeant de Lubrizol France, filiale du groupe chimique américain, a précisé lors du point presse avec les ministres: "Je suis très étonné de voir un incendie qui se déclare en pleine nuit, dans un endroit où il n'y a personne. Je m'interroge." Une enquête pour destructions involontaires a été ouverte par la justice.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    LUBRIZOL FRANCE
ARTICLES LES PLUS LUS