Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

[Vidéo] Le terrifiant robot-serpent et l’impressionnant exosquelette de Sarcos Robotics

Olivier James ,

Publié le

Vidéo La ménagerie robotique compte un nouveau membre : un robot serpent développé par Sarcos Robotics. Le géant General Electric a misé sur cette société américaine via son fonds d’investissement.

[Vidéo] Le terrifiant robot-serpent et l’impressionnant exosquelette de Sarcos Robotics © D.R.

Avec son mètre de long et ses quelque 5 kg, la drôle de bestiole brunâtre – surmontée d’antennes proches de celles d’un escargot géant – évolue dans un environnement hostile. Elle se glisse dans un petit trou, se tortille, se dresse sur elle-même et filme son environnement : le robot-serpent de Sarcos Robotics peut effectuer une multitude de tâche, comme la maintenance industrielle ou le déploiement en zone de guerre. La preuve dans une vidéo publiée sur le site de General Electric qui en détaille les performances dans un article publié mardi 14 février.

Normal : le géant américain a lui-même investi en 2016 – via GE Ventures – dans cette petite société, spin-off de l’Université de l’Utah et détentrice de 300 brevets. Les ingénieurs de Sarcos construisent des robots habiles capables d’évoluer dans des environnements quelque peu chaotiques. "Les contrôles moteur très fins leur permettent de manipuler des objets exactement de la même façon que vous le feriez avec vos bras si vous pouviez soulever autant", explique dans l’article Ben Wolff, le patron de Sarcos Robotics.

Les investisseurs industriels se bousculent

Tout droit sorti du film Aliens, l’exosquelette développé par la société est également détaillé sur le site de General Electric. Aux manettes du Guardian GT, un pilote parvient à assembler des tubes métalliques et à faire passer une barre dans un parpaing. La preuve de la dextérité de la machine est faite. Chaque bras peut soulever plus de 220 kg. Sarcos compte aller plus loin et se lance dans le concept de "machine learning", les machines capables d’apprendre.

Sarcos Robotics n’a pas seulement convaincu General Electric, très actif dans les technologies numériques. La société a été depuis sa création l'un des principaux bénéficiaires du financement de la Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA), l’agence du département de la Défense des États-Unis chargée de la recherche et développement des nouvelles technologies destinées à un usage militaire. Microsoft, Schlumberger, Caterpillar font partie des autres industriels à avoir investi dans Sarcos Robotics.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle